Page 1 sur 1

partie 7 juin 2016, svg RP généraux

Posté : 25 juin 2016 11:38
par predlol
Prélude 1 :
Prélude



*Quelque part dans la galaxie, une réunion extraordinaire ce tient entre plusieurs impériaux. Dans un souci de neutralité, d'autres noms seront utilisés pour les nommer, il ne faudrait pas que les rebelles sachent ce qu'il se prépare. Quoique...*

- En ce qui concerne Hoth, nous contrôlons la zone, tout comme Coruscant et la zone stellaire entre les deux.

- Bien! Je suis fier de ce que les «Jeunes Intello» sont parvenus à faire aujourd'hui! Un sévère coup a été donné à la rébellion aujourd'hui.

À cette réunion, un seul des membres n'était pas là en personne. Transfuge connu, son appartenance n'avait qu'un seul nom, son humeur *il s'agit d'une raison comme les autres non?*, et c'était pourquoi, malgré sa récente affiliation au sein du grand empire, il n'y était pas convié en personne. Ce dernier s'adressa donc à l'assemblé.



- Cela ne suffira pas... Je connais bien ces Rebelles. Plusieurs de ses nouveaux confrères le dévisagèrent immédiatement, mais le grondement sonore du «Cyclope» les ramena rapidement à l'ordre. Le transfuge, malgré ce dérangement, poursuivit comme si de rien n'était. Ils ne lâcheront pas le morceau pour si peu, ils sont déterminés et coordonnés, plus que vous ne le serez jamais.



Telle une douche froide, les ardeurs des «Jeunes Intello» se glacèrent sur-le-champ. C'était un point sensible chez l'égo des impériaux, et malgré toute leur bonne volonté, nul ne pouvait s'opposer au constat posé. *Ne vient-il pas de s'exclure des impériaux à l'instant avec cette affirmation? Ils n'ont pas relevé...* Les débats continuèrent encore plusieurs heures, jusqu'à un évènement inattendu se produise lors de cette réunion secrète.

L'hologramme du traître se coupa sans avertissement, laissant les «Jeunes Intello» médusés fasse à un mur. Le «Saint d'esprit» n'attendit pas pour annoncer ce qu'il pensait.

- Il nous a trahis! C'est un espion! Maintenant qu'il sait ce qu'on prépare, il va aller tout leur raconter! Je vous avais dit que nous ne devions pas le prendre. *Enfin un! Personne n'a encore compris qu'il est juste TROP louche?* Allons le défoncer comme il se doit et lui rappeler qui sont les patrons de cette galaxie!

Trop court pour pouvoir ajouter quelque chose de plus, l'hologramme réapparu aussi rapidement qu'il avait disparu. Des distorsions mettaient toutefois à mal la communication, comme si l'émetteur était endommagé.

- Pardonnez-moi, j'imagine que les rebelles venaient cordialement me saluer. Je crains de ne pas pouvoir rester plus longtemps, je vais vite partir avant de me faire à nouveau attaquer.

Le «Cylcope» regarda furtivement de son unique oeil le «Saint d'esprit», ce dernier compris immédiatement, le message était clair, il avait été trop loin lors de ces accusations. *Une preuve qu'il a subit une attaque?* «Cyclope» excusa le traître et celui-ci disparut aussi rapidement que la fois précédente.

Les discussions se poursuivirent jusqu'au petit matin, l'heure était au repos, et malgré ce qui s'était produit plus tôt, personne n'était revenu sur l'incident.



...



*Pendant ce temps, juste après la seconde disparition du traître*



Sa main d'acier serrait violemment la gorge du clone, celui-ci était maintenant plus de 30 centimètres au-dessus du sol et tentait tant bien que mal de se dégager de la prise de son «maître», mais celle-ci était infaillible. Il sentait doucement l'étreinte de cette main se refermer entièrement, il perdait doucement, mais dans une douleur indescriptible, la notion du temps et de l'espace. Alors qu'il ne voyait finalement plus qu'un voile noir, il tomba au sol, si proche de la délivrance... Il prit une bouffée d'air si grande qu'il toussa de douleur, sa gorge était si traumatisée par l'expérience subite, que la moindre respiration était équivalente à un coup de poignard.

Il se releva tant bien que mal, et poursuivit son rapport.

- Nous avons donc trouvé les restes de la flotte de Cael, mais malheureusement la r.. Le clone toussa pendant pas plus de quelques secondes, puis ce dernier s'empressa de reprendre son rapport avant d'être à nouveau agressé. Malheureusement, la relique que le contrebandier vous avait volée n'est plus à l'intérieur.



Cette fois, son maître ne se défoula pas sur son subordonné, mais sur sa chaise de commandement, assénant de sa main gauche un coup sur l'accoudoir. Malgré un alliage extrêmement solide de tungstène et d'acier, cette dernière fissura sur l'endroit du choc de plusieurs centimètres, de quoi mettre en respect un droïde de guerre en puissance brute. Tout l'équipage sur le pont poursuivit leur tâche, il n'était pas rare que le commandant perdre patience, mais même pour eux c'était de l'inédit. Ils espéraient tous que leur «mère» ne tarderait pas à arriver pour le tempérer.

- Je n'accepterais pas un nouvel échec, vos vies ne sont ABSOLUMENT rien pour moi. Soit vous me trouvez cette relique soit vous...

Il n'eut guère le temps de terminer sa phrase, la voix d'une jeune femme retentit sur le pont. Tous les clones se levèrent comme un seul homme, et quittèrent les lieux au pas. Seule la responsable des communications ne quitta pas, peut-être est-ce le fait qu'elle était une espionne au compte d'une personne X, ou peut-être est-ce le fait qu'elle n'était pas un de ces clones modifiés dans cette «usine expérimentale», mais elle ne savait absolument pas quoi faire. L'espionne finit par décider de quitter le pont à son tour, et lorsqu'elle se leva, elle tomba face à face à «Elle». Après de longues secondes qui parurent une éternité pour la jeune espionne, «Elle» lui fit signe de sortir à son tour, celle-ci ne se pria pas pour prendre cette direction et alors qu'elle vint pour passer la porte, cette dernière se ferma juste devant elle.



-Je crois que l'écran à votre droite pourrait vous intéresser mademoiselle, c'est pour cela que vous êtes là n'es-ce pas? La voix d'«Elle» résonna dans toute la pièce, malgré l'apparence tout à fait réelle qu'elle pouvait avoir, elle ne l'était pas, ou du moins, pas encore, surtout sans cette relique.



L'agent regarda l'écran tel que suggéré, et ce qu'elle y vit l'affola. C'était juste impossible, ils étaient cent fois moins il y avait moins d'un mois. Personne n'avait les ressources ni le temps de créer et de former autant de clones. Il faudrait être une machi...



-Vous êtes déjà.. déjà... autonome? Bégaya l'argus. À quoi devait servir la relique? À toute vitesse, elle analysa la situation dans sa tête. À quoi donc pouvait-elle servir? Finalement, la réponse s'imposa d'elle même. C'est pour que vous puissiez tous les contrôler en même temps n'est-ce pas? Mettez ensemble la plus puissante unité artificielle de l'univers avec la possibilité de contrôler vos clones directement sur-le-champ de bataille...



Sans attendre, l'espionne sortit un communicateur de... *vous voyez bien non?* et sans attendre tenta d'informer ses employeurs. À être prise au piège, autant faire le plus qu'elle pouvait



-Elle est opérationnelle, je répète elle est opérationnelle. Le commandant se leva tranquillement de son fauteuille. Plus de 3 milliards de clones sont déjà opérationnels. Une voix étranglée demanda à l'agent si elle pouvait confirmer le nombre. Je répète plus de 3 MILLIARDS sont déjà prêt au combat, et ne cesse d'augmenter. Le commandant s'approcha du traître d'un pas lent, comme s'il souhaitait qu'elle continue. Avertissez l'Alliance ou l'Empire, mais on doit l'arrêter! La voix du communicateur demanda d'un air cinglant qui pouvait posséder une telle armada, on pouvait même entendre des rires au loin. Espèce de connard, tout est vrai! C'est l'Amiral Ab...!



La main de l'Amiral fonça directement à la gorge de l'espion, et en moins d'une fraction de seconde, le cou de cette dernière était fracturé. Le communicateur tomba au sol, et l'agent de liaison continua à demander le nom de l'Amiral, mais sans succès, elle était déjà morte. L'amiral laissa tomber sa proie et s'effondra à son tour.



- J'aurais ma vengeance, j'aurais ma vengeance... répéta-t-il pendant plusieurs longues minutes les larmes aux yeux.

«Elle» s'accroupie chuchotant pour une Xième fois qu'il avait fait ce qu'il devait faire, et que bientôt, ils seraient à nouveau ensemble...



*Nul ne sait ce qui s'est produit suite à cette communication, mais une chose est sure, ni l'Alliance, ni l'Empire entendirent parler d'une espionne qui prédisait l'invasion de la galaxie d'une armée grande de trois milliards d'hommes. Peut-être, et je dis bien peut-être, ils auraient dû le savoir... pour leur bien.*
La menace Czerka (Predlol)
Les amiraux Predlol, Shtiteuf et Spirith se trouvaient sur la baie d’observation du puits de force du secteur B3.

Shtiteuf venait de couper la communication de Golan Trevor. Il regarda ses compères, consterné… Dans la transmission hautement sécurisé, le commandant en chef des défenses de Coruscant, la capitale de l’Empire, menaçait ouvertement la corporation Czerka et ses intérêts dans le secteur B2.

Spirith hausse les épaules:
- Il faut lui montrer de quoi nous sommes capables … Shtiteuf, quand est ce que la nouvelle arme sera prête ?'
- Pas encore malheureusement … Nous avons besoin de frapper un grand coup… Qu'en penses-tu Predlol?
Il était resté de marbre pendant la transmission et ne semblait pas décidé à prendre la parole de son propre chef.

Le silence s’installa.

Finalement l’âme grise de la Corporation releva la tête :
- Nous nous sommes déjà lancés une fois sur le chemin de la guerre, c’est mauvais pour les affaires … Nous avons besoin d’une démonstration de force assez importante pour les faire réfléchir, mais pas non plus entrer dans une guerre totale contre l’Empire… Nous ne sommes pas prêt, du moins pas encore !

Shtiteuf approuva de la tête :
- Oui … Le temps de notre prédominance viendra bien assez vite. Une idée ?
- Le secteur C3 est vulnérable ... -- se rappela à haute voix Spirith.

Predlol tourna les talons et se dirigea vers la sortie.
- Alors nous ferons comme cela. Envoyez un message à l'escouade 13, qu’ils mobilisent leur vaisseaux. Nul besoin d’attaquer, mais si vous voyez une ouverture, tentez le coup.

Tout cela prenait trop d’ampleur, pensa Predlol en retournant à son vaisseau, seul …

La Corporation Czerka était la plus large entreprise légale et illégale de la Galaxie, mais il était encore trop tôt.

Un jour viendra où la Corporation sera redoutée de tous. Quand la guerre civile galactique prendra de l’ampleur, que l’Empire et l’Alliance seront affaiblis, alors ils frapperont.

Et cette fois, rien ne les arrêtera.

En attendant, il n’y avait rien de mal à gagner des crédits ?!
Un héros ? Un déserteur ? Un clone (Bin8)
La corvette maraudeur approchait de la plate-forme d'atterrissage de Carida. 'Ce contrebandier ne manque pas d'air !' pensa Bin8. 'Il nous abandonne sous le feu nourri des rebelles dans les derniers instants de la prise de Hoth, fait basculer la force, et il ose se pointer ici, arborant des feux neutres, tout en se sachant cerclé par les meilleurs pilotes de l'Empire ? Vraiment, il a du cran !'

S'avançant vers la zone entouré de sa garde rapprochée, il réservait un accueil glacial à ce bachi-bouzouk de Dark Polo !
Pistolaser armé, il observait la trappe de l'appareil s'ouvrir, lentement... Quand soudain... 'Spirith ?! Mais qu'est-ce que tu fous là ? Et surtout, que fais-tu dans cette poubelle ?' La surprise de Bin8 était totale, tout le monde le croyait mort en héros à Hoth, et pourtant !

Bin8


Le contrebandier regarda l'amiral de l'empire. Ce qu'il disait semblait n'avoir pas de sens à ses yeux. Les amiraux de l'empire étaient-ils tous aussi cinglé que celui-ci?

- Pardonnez-moi amiral, mais je crains que vous vous trompiez. Je n'ai nullement participé à une quelconque opération sur Hoth ni même jamais fait parti des forces impériales. Je me présente, je suis le contrebandier Abyssius.
La voix de l'amiral était froide et le regard de ce dernier ce perdait dans le vide.

- Vous direz à l'amiral Guchti que la prochaine fois qu'il sera mieux de motiver ses troupes. Sinon c'est lui qui tombera sous le feu de vos ennemis.

L'amiral fit demi-tour et juste avant de remonter à bord de son vaisseau spatial il trébucha et tomba un genou au sol. De sa main gauche il tint son front et lâcha un râle de douleur. Il se releva ensuite et repris se chemin. Juste avant d'entrer à l'intérieur il lança en direction de Bin8 :

- Nous garderons contact amiral... Bin8. Vous savez comment me joindre maintenant.

Le vaisseau du contrebandier s'envola et parti en direction de Coruscant.

Spirith


Perturbé et coi, Bin8 eut du mal à détacher son regard de la corvette avant qu'elle ne disparaisse au loin sur l'horizon. Avait-il rêvé ? Spirith avait été un allié très puissant dans la bataille pour Hoth, et même un ami. Tout le monde l'avait pleuré. Le vieil amiral se tourna vers son plus fidèle lieutenant, Mox :
- Tu as bien vu la même chose que moi, non ? Soit il s'agissait de Spirith, soit c'est une copie, et une belle ! Un véritable clone !
- Je dois bien reconnaitre que c'est perturbant... Abyssius ? Jamais entendu ce nom. Ca ne présage rien de bon !

L'holocom de Bin8 se mit à vibrer. Un message... dudit contrebandier. Il avait l'air en bien meilleur forme qu'à l'instant, mais Bin8 avait du mal à ne pas voir Spirith dans sa posture.

Amiral, j'ai été ravi de vous rencontrer. Comme je vous l'annoncait, nous allons garder contact, il marqua une pause.
J'ai un marché à vous proposer : bien que n'y étant que très peu sensible, après l'avoir bien étudiée j'ai compris que la Force était puissante au coeur des secteurs centraux de la galaxie. J'ai réussi à repérer quelques planètes qui représentent ainsi un intérêt essentiellement scolaire à ce jour, mais pour lequel je pourrais avoir besoin de votre aide. J'aurai besoin que vous occupiez une flotte rebelle située non loin de là, en surveillance de ladite planète afin de pouvoir m'y poser et y mener quelques expériences. Bien évidemment, en récompense, je partagerai le fruit de mes travaux ! Et je tâcherai de vous enseigner comment profiter au mieux de ces lieux, qui me semblent bien particuliers.
Veuillez me faire parvenir votre réponse sous les plus brefs délais, d'autres sont déjà sur le marché !
Abyssius out.

- Qu'en penses-tu Mox ?
- Allons-y ! et tâchons de percer ce mystère. Pourquoi est-il tellement semblable, même identique !, à Spirith ?

Bin8 s'empressa de répondre, avant d'aller assembler quelques troupes pour 'occuper' la flotte de Matsuyama Kaze...
- Sortie d'hyperespace dans 100 parsecs Amiral !
- Préparez-vous, ça va chauffer !
- Hyyyha !
- A l'attaque !!!
- Un peu de calme messieurs ! Nous sommes en surnombre, mais attention à votre pilotage ! C'est une mission facile, cependant l'ennemi ne doit jamais être sous-estimé !

Les nouveaux officiers sous ses ordres étaient bien jeunes et impétueux. Prendre la responsabilité de la formation des officiers de Carida était une nouvelle étape, majeure, dans sa carrière, mais il fallait les tenir ou ils ne finiraient pas leur apprentissage !

Bin8 menait lui-même une escadre d'Intercepteur Tie et avait donné ses ordres aux officiers, afin de voir s'ils étaient capables de les faire respecter. Mais alors qu'ils s'apprêtaient à quitter l'hyperespace, la canal de communication privé s'activa, et Mox apparut sur son tableau de bord :
- Amiral, nous avons un problème ! Nous subissons actuellement le feu nourri d'une flotte inconnue. Il n'y a pas de marqueur, on dirait bien un vaisseau contrebandier... et je crois que nous avons repéré la signature de la corvette qui nous a rendu visite il y a quelques jours !
- Mox, es-tu bien certain de ce que tu annonces ?
- Affirmatif... C'est bien lui !! Abyssius ce traitre ! Il vous a éloigné avec le gros de la flotte pour essayer de parvenir à ses fins sur nos planètes !
- Je pense t'avoir laissé suffisamment de défenseurs pour t'en sortir, mais quoi qu'il en soit, arrange-toi pour mettre un traceur sur cette fichue corvette ! Il me le paiera... !

Mox n'eut pas besoin d'en entendre plus, et mit fin à la discussion. Il se jeta sur les commandes d'alarme, invitant tous les pilotes restants à embarquer sur la dernière série de défenseurs tie sortie d'usine.
- Avis à tous les escadrons ! Faites le plus de dégats possibles ! Personne ne doit en réchaper indemne !

Il savait qu'ils n'en avaient pas besoin, mais ses hommes seraient d'autant plus excité par ce combat s'ils savaient qu'ils n'avaient pas à faire de prisonnier. Il fallait simplement s'assurer qu'un vaisseau puisse retourner chez lui. Mox ne prit pas le commandement d'un escadron afin de remplir sa mission. Il agirait seul afin de tracer cette maudite corvette maraudeur. La bataille faisait rage, une violence rarement égalée. Les troupes du contrebandier étaient féroces et bien entrainées ! Mais les pilotes formés par Bin8 connaissaient leur métier et ils rendaient coup pour coup aux inconnus acharnés. Mox tâchait de se frayer un passage, à l'abri des tirs des lasers, des épaves et du butin de guerre qui était en train de s'ammoncer, en s'éloignant des zones de combats. Il remarqua d'ailleurs un fait intéressant : le contrebandier ne lançait pas toutes ses troupes dans la bataille, une partie de ses hommes semblaient en train de récupérer les vaisseaux les moins endommagés...
Il remonta ainsi jusqu'à la corvette, son objectif était simple : passer entre les feux ennemis et lâcher sa sonde, puis appeler pour du renfort sur zone. Il ne fallait pas que le contrebandier se doute qu'on cherchait à le tracer, mais simplement qu'on avait repéré le vaisseau amiral et qu'on voulait le faire fuire.
- Eh HOP ! voilà, sonde larguée, sonnons la charge !

Dans tous les holocom du poste de pilotage de défenseurs tie, Mox apparaissait installé dans son propre vaisseau : 'A tous les pilotes, le vaisseau amiral est situé aux coordonnées 1A351:598, il est temps de bouter ce contrebandier hors d'ici, et de lui faire comprendre qu'il ne mettra jamais les pieds sur nos chantiers !'
En quelques instants, une nuée de vaisseaux arrivait sur site. Les pertes d'Abyssius étaient nombreuses, mais il restait tout de même un bon nombre d'hommes pour protéger la retraite du vaisseau de commandement. L'effet était visible, et surprenant ! Il était déjà en train de préparer sa fuite. Il s'éloigna de quelques parsecs de la zone de combat, ses propulseurs lui fournissant plus de puissance que ceux des défenseurs tie. Ce qui lui permit de se mettre à l'abri des lasers, et soudain, il disparut en vitesse lumière. Mox pouvait cependant le voir évoluer sur son écran de contrôle, la sonde émettait sans problème ! Sentant que ses troupes se démobilisaient devant la disparition du contrebandier, il fit un bref rappel.
'A tous les pilotes ! Finissez moi ces charognards qui trainent et tentent de récupérer des pièces précieuses sur les épaves !'

Pendant ce temps, il se mit en route pour rejoindre le poste de commandement sur la planète. Il ne quittait pas le petit point indiquant la corvette sur sa carte. Elle semblait avoir marqué un stop, c'était certainement un petit saut pour se mettre à l'abri avant de faire un plus grand saut et s'enfuir définitivement. Puis soudain, le point disparut. 'Merde... ! Ils ont viré la sonde...'
Une fois de retour sur ses écrans, il récupéra la trajectoire que suivait la corvette afin d'essayer d'en déduire sa destination. Après avoir cherché quelques heures, il contacta Bin8.
- Amiral, je pense savoir où il se trouve ! Il doit être au coeur d'un des secteurs centraux, du côté de Bilbringi et Bothawui. Il y a là une petite planète, qui semble n'avoir aucun marqueur. Les explorateurs n'ont pas identifié si elle pouvait être plutôt rebelle ou non...

Lorsqu'il reçut ce message, Bin8 réorienta ses troupes en direction des nouvelles coordonnées fournies par Mox, et comptait bien faire sa fête à ce tricheur d'Abyssius ! S'il ressemblait trait pour trait à Spirith, son manque de morale démontrait de manière évidente qu'il ne s'agissait pas du même homme. Le mystère restait entier, mais Bin8 y réfléchirait plus tard. Son sang n'avait fait qu'un tour quand Mox l'avait appelé, et il ne voulait qu'une chose, se venger !

Bin8
Des enchères (Bin8)
Dès l'arrivée de ses escadrons en orbite de la planète, Bin8 donna l'ordre d'attaquer. Il avait enhardi ses troupes durant les quelques heures de vol qui les séparaient de leur destination, et ses hommes n'avaient plus qu'une envie, la même que lui, en découdre ! Il n'y avait pas de défense en orbite, mais très rapidement, les troupes du contrebandier arrivèrent à la rencontre de celles de l'armée impériale.

Voilà la corvette maraudeur ! Il ne doit pas filer !

Bin8 voulait se venger, certes, mais il avait également l'intention de faire parler le contrebandier, et de lui faire cracher ce qu'il savait de ces fameuses planètes, qu'il convoitait tant ! Alors qu'il allait arriver à distance de tir, son holocom de pilotage s'alluma, ainsi que celui de tous ses pilotes... Golan Trevor, nouveau dirigeant de la capitale Impériale Coruscant, apparut sur le commutateur :

- Amiral Bin8 ! Officiers de l'Empire ! Veuillez rompre l'assault immédiatemment, et venir vous présenter à bord de mon vaisseau de commandement.

L'hologramme disparut, avant de réapparaitre. Cette fois, la communication était privée.

- Amiral, reprit Golan, vous avez pour ordre de ne pas toucher à cette planète, ni à aucune autre d'influence détenue par le contrebandier Abyssius. Nous sommes actuellement en négociation avec lui afin qu'il de nous procurer des informations qui nous permettraient de faire basculer la Force !

- Sir, je comprends votre position, à laquelle j'ai cru un instant. Mais cet homme n'est pas digne de confiance, il m'a trah...

- Assez ! Vous allez rentrer dans le rang Amiral ! Vous avez déjà très certainement fait échouer cet échange d'information, j'espère que ça n'ira pas plus loin !

- Bien monsieur, c'est noté. J'insiste tout de même, méfiez-vous de cet homme comme de la peste ! Il ne m'inspire pas confiance !

- Posez-vous dans mes hangars, nous allons discuter de tout cela autour d'une bière de Corelia.

Sans plus tergiverser, Bin8 donna rapidement l'ordre de mettre fin à l'assaut et de se rassembler dans les hangars du vaisseau amiral de Golan Trevor. Une fois à bord, il se rendit tout droit au poste de commandement, plus remonté encore qu'avant d'arriver en vue de la planète. Un garde impérial lui fit signe de le suivre, et le conduisit jusqu'aux quartiers personnels de son dirigeant. Golan fit signe au garde de se retirer et de les laisser seuls. Tout en servant deux whisky correliens, il entama la discussion :

- Amiral, je vois que vous êtes énervé. Mais prenez ce verre, je vous ai promis une bière, mais vous avez besoin de plus que cela. Asseyez-vous et écouter moi jusqu'au bout.

Bin8 obtempera, il n'avait guerre le choix de toute manière, Golan avait des relations que lui, malgré ses décorations, ne pouvait ignorer...

- Vous êtes inquiet au sujet de ce contrebandier. Je vous rassure, je le suis aussi. Nous le soupçonnons d'avoir eu accès à des informations datant de la guerre des clones, et qu'il aurait été en mesure d'exploiter. Nous ne pouvons rien prouver à ce jour, mais je suis quasiment persuadé que la Corporation Czerka est derrière tout cela. D'habitude, celle-ci n'est active que sur l'outer rim, dans des endroits sans foi, ni loi, ou l'influence de la Force est difficile à percevoir. Mais il semblerait qu'ils trouvent de plus en plus d'intérêt à ce pouvoir, et cherchent à en comprendre le fonctionnement. Dans quel but ? Est-ce uniquement lucratif ? Je ne sais pas... Mais ils veulent tout de même une belle somme pour ces informations, elles doivent valoir la peine ! Ils nous menacent même, faute de réponse, de revendre ces informations à la rebellion ! Que l'on sait ruinée, surtout après la dernière bataille de Hoth, mais tout de même...

- Que disent les rapports de nos espions dans leurs rangs ? s'enquit Bin8.

- C'est bien le problème. Tous ceux que nous avons envoyés semblent s'être volatilisés... Morts ? Capturés ? Passés à l'ennemi ? Nul ne le sait, ce qui n'a pas pour effet de me rassurer. Mais voici qui est encore plus étrange : ils prétendent désormais avoir des informations majeures concernant l'équilibre de la force, et souhaitent en faire commerce ! Je ne sais pas où tout cela va nous mener, mais la Corporation semble de plus en plus puissante et présente dans les secteurs centraux, je voudrais que vous enquêtiez pour tâcher de comprendre ce qu'elle trame.

Bin8 vida son verre d'une traite. Les espions avaient disparu, c'était son tour d'en devenir un... Il garda ses doutes quant à l'identité d'Abyssius pour lui même, puis salua son leader en lui demandant de l'excuser, il souhaitait réfléchir à la situation avant de lui proposer quelque chose.

Mais que veut la corporation (Bin8)
Bin8 ne savait pas par où commencer. Il fallait qu'il organise ses idées, mais plus il y pensait, moins l'histoire avait de sens. D'abord, il y avait eu la disparition soudaine de Spirith. Puis la prise de Hoth, mais le répit n'avait été que de courte durée, et la contre-attaque rebelle avait rapidement renvoyé l'armée impériale d'où elle venait. De retour sur Carida, il avait alors reçu une visite des plus étranges, ce contrebandier, Ab... quel était son nom ? Abysse... Abyssi... bref, qui qu'il soit, il ressemblait énormément à Spirith. Et il avait paru faible, comme blessé au combat et luttant pour se tenir droit. Mais la malice dont il avait fait preuve ne laissait aucun doute, il ne s'agissait pas du même homme. Spirith était droit, et fiable, et il n'aurait jamais trahi l'Empire, Bin8 en avait la certitude. Alors quoi ? Et d'où venait ce soudain intérêt des contrebandiers de la Corporation Czerka pour la Force ? Habituellement, ceux-ci ne faisaient confiance qu'à leurs réflexes et leur vivacité, pour eux, il n'y avait pas de puissance décidant du sort de la galaxie.

- Il me faut un whisky, se dit-il pour lui même, et allons marcher un peu, ça me dégourdira peut-être l'esprit !

Il quitta ses quartiers, pour aller errer dans le vaisseau amiral de Golan Trevor, quelques hommes s'affairaient dans les hangars à remettre en état les vaisseaux. Bien que peu nombreuses et offrant une piètre résistance, les troupes de Matsuyama avaient été hargneuses, et s'étaient attachées à endommager le plus de cibles possibles, sans pour autant les mettre hors de combat. Puis il avait fallu changer de cap. En continuant son chemin, il passa devant le mess des officiers, le plus gros des officiers était en train de faire la fête, tout était donc prétexte à boire un verre ! Mais il avait l'esprit trop occupé pour recadrer ses officiers. Il y avait également ces rumeurs, d'une armée de clones forte de plusieurs centaines de millions de soldats, si ce n'était plus. Mais il y avait bien longtemps que les clones étaient dépassés, bien qu'efficaces, ils étaient trop chers. La corporation aurait-elle réuni suffisamment de fonds pour s'offrir une telle armada ? Et si oui, dans quel but ? Bin8 avait du mal à y croire... mais tout de même, la succession des récents évènements le dérangeait !

- Amiral Bin8, fit une voix dans son dos, Golan Trevor vous attend au poste de commandement, il y a urgence.

Bin8 fit volte-face pour voir un soldat de la garde rapprochée de Golan, un de ses fidèles. Il saisit immédiatemment le degré d'urgence dans le regard du messager, et se mit à courir en direction de la coursive. Le calme qui régnait était pesant lorsqu'il entra dans les quartiers du nouveau dirigeant impérial.
- Bonjour Bin8, je suis désolé mais je ne vais pas pouvoir vous laisser tergiverser plus longtemps. Samwell, mon prédécesseur, subit actuellement un assaut de front de la Corporation. Je vous ordonne de vous rendre immédiatemment en défense du secteur de Mon Calamari, où il détient une petite planète qui est en passe d'être sous le blocus de Czerka.
- A vos ordres ! répondit-il dans un hochement de tête, avant de s'en retourner vers le mess.

Quelques enjambées plus tard, le rythme cardiaque au plus haut après ce bref sprint dans les couloirs du vaisseau amiral...
- Messieurs ! La fête est finie ! On décolle à nouveau !
Ses hommes étaient loyaux, et il ne fallut que quelques minutes pour que chacun réunisse l'ensemble des pilotes, et que la flotte soit de nouveau en hyperespace... Les contrebandiers de Czerka semblaient bien avoir décidé de leur faire tourner la tête !
Le prélude 2
Prélude 2

Les contrebandiers avaient décidé d’aller de l’avant avec leur plan, mais quelqu’un ou dirons-nous plutôt quelque chose avait décidé d’en profiter à son tour. En absence de la défense de l’escouade 13, elle avait tout le chemin libre pour accéder à ce qu’ils protégeaient. *En même temps, il faut être un peu bête de laisser sans défense quelque chose d’aussi important! Passons…*
*Nous disions donc : Planète inconnue… d’un secteur tout aussi inconnu…*
- Veillez à bien laisser des traces de tir laser de l’Empire, nul besoin qu’ils nous recherchent pour le moment. Tuez tous les survivants.
Elle marchait avec élégance entre les cadavres des clones contrebandiers. Sans la présence de l’escouade 13, la prise de ce complexe avait été beaucoup trop facile. À vrai dire, elle était légèrement déçue… le plan allait quelque peu trop bien. Le temps allait lui donner raison. Un jour ou l’autre.

Lors de sa marche vers son objectif, elle croisa de nombreuse salle. Allant des toutes bêtes cantines, jusqu’aux salles de contrôle des flottes de clone contrebandière. Elle pouvait avoir accès aux plus grandes forces de la galaxie, mais cela semblait que peu l’intéresser. Elle descendit de plus en plus profondément dans le complexe, une section que peu de contrebandier connaissait à vrai dire. Créatures difformes, complexe de création de clone, archives de construction de vaisseau de combat et bien d’autres surprises.

Un des sbires de cette femme s’envola juste devant elle. Ce dernier pris en plein poitrine l’un de ses collègues qui venait de lui être lancé dessus. Ceux qui accompagnait cette femme la quittèrent et s’engagea dans une aller pour voir ce qu’il s’y passait. *Nul besoin de vous dire ce qui s’y produisit, vous pouvez bien vous l’imaginer. *

Des énormes fracas de produisirent à tour de rôle et après une petite minute plus un bruit ne se fit entendre. La femme s’engagea à son tour dans le couloir pour y découvrir que ses hommes avaient tous été sauvagement tué à main nu. *Enfin un peu de justice dans ce monde ! *

Un homme se tenait seul au centre. Ses entraves étaient encore sur ses mains, mais il semblait les avoir rompus à l’aide de sa seule force. La voyant arriver, il recula d’un pas, puis d’un second. Plus elle avançait et plus il reculait pour garder sa distance. Cette femme semblait le terrifier plus que toute autre chose. Il finit par atteindre ce qui semblait la fin du couloir à force de reculer et une voix de synthèse se fit entendre.

- Début de la reconnaissance faciale, reconnaissance de l’identité… Amiral en charge de l’escouade expérimentale 666 détecté. Ouverture du secteur 666…
Cet homme, l’amiral?, resta surpris que ses accréditations restaient toujours valides, peut-être était-ce une chance de fuir cette femme. S’il parvenait à s’enferme dans ce secteur, elle ne pourrait plus rien pour l’atteindre. Une porte dérobée s’ouvrit juste à l’endroit où aurait dû se trouver la fin du couloir et ce dernier en profita pour s’y glisser immédiatement. Il plaça immédiatement sa main sur le détecteur d’empreinte qui se trouvait de l’autre côté et lança la consigne suivante :

- Amiral Contrebandier *BIP* , chef de la section recherche et développement du secteur 666, j’ordonne le verrouillage du secteur imm…
D’un coup le contrebandier passa sous silence. Il glissa sa main libre sur son coup et il y délogea une fiole qui semblait s’être vidée à l’impact. Il tituba légèrement et fini par tomber en arrière contre le mur, sans pouvoir terminer sa commande système. La femme approcha tout en rangeant son pistolet, elle voyait dans les yeux de sa victime les dernières secondes de rébellion possibles et ils devinrent à nouveau vide. L’amiral se redressa laissant passer la femme devant lui et l’accompagna ensuite à deux pas derrière.

Armes lasers de nouvelle génération, exosquelette personnel, de nombreux autres plans pour différents vaisseaux. C’était un véritable antre de génie fou. Elle indiqua à ses sbires de télécharger les données et de détruire le reste. Elle finit par arriver à ce qui semblait l’intéresser. Un prototype de bombe à plasma, la dernière invention qu’il avait travaillée dessus avant qu’il cesse toute activité. L’objectif étant de charger un vaisseau cargo de cette petite merveille technologique et ensuite d’oblitérer entièrement toutes les troupes spatiales ennemis d’un secteur. Simple, efficace et destructeur.

- Chargez-moi ceci, nous allons achever sa construction, nous les éliminerons tous d’un seul coup. Bientôt, je pour…
Un des clones qui servait la femme courra jusqu’à sa dernière en criant qu’il l’avait trouvé. *Ce n’était donc pas cette bombe qu’elle cherchait ? *. Elle dégaina son pistolet et lui tira en pleine tête. Elle n’aimait pas être interrompue. Elle se dirigea vers la direction d’où venait le clone. Elle emprunta un long couloir qui donnait sur une salle sombre. Aucune lumière ne semblait se trouver dans celle salle. Il y faisait une froideur mordante et malgré qu’elle ne pût plus le ressentir depuis fort longtemps, elle avait peur d’y voir ce qu’il se trouvait. L’amiral arriva quelques instants plus tard et se contenta de demander la lumière au système pour que celle-ci apparaisse.

Un cylindre d’un mètre de diamètre sur deux mètres se trouvait en plein milieux de la salle. À l’intérieur se trouvait une femme baignée dans un liquide jaunâtre et connectée par plusieurs dizaines de câblages qui ressemblait étrangement à celle qui venait tout juste d’envahir le dit complexe. Elle regarda ce qui avait à l’intérieur de ce cylindre avec un certain de dégoût puis se contenta de partir en direction de la surface. L’amiral ordonna aux clones d’emporter le cylindre et son contenu. Maintenant qu’ils avaient obtenus ce corps, ils pouvaient passer à la phase suivante du plan.

Pendant ce temps, sur la flotte de l’amiral Predlol une petite lumière rouge clignota sur le siège de commandement. Ne sachant pas exactement c’était quoi, il demanda à son second de passerelle si tout allait bien sur le vaisseau. Comme tout semblait en ordre, ce dernier se dit que c’était sûrement une erreur du système. Après quelques minutes, cette lumière finit par disparaître.

*Dire que personne ne savait ce qui allait se produire… S’ils savaient, peut-être les choses se seraient produit autrement… Qui sait…*
Is it too late ? (Predlol)
Commandant, Commandant !
Le soldat venait de faire irruption dans la salle de commandement en criant, il semblait à bout de souffle, comme si il avait couru pendant des kilomètres. Il s'arrêta, plié en deux, luttant pour reprendre son souffle…
La salle de commandement de l’Alpha n’était pas particulièrement impressionnante, nulle rangée d’officiers comme on pouvait en trouver sur les destroyers impériaux, et nul fouillis désordonné comme on pouvait en trouver sur les croiseurs de l’Alliance. La salle était ronde, au centre de cette dernière trônait une carte galactique qui actualisée en temps réelle en fonction des nouvelles informations parvenant en continu au vaisseau. Il restait quelques hommes pour gérer les communications et la navigation, mais sinon presque tout le navire était automatisé…
Predlol se retourna et dévisagea le soldat, le silence s’abatti sur la pièce.
Et bien quoi encore … ? s'alarma Predlol
La B.. La B… Ils ont …
L’officier de communication vint soutenir le soldat, pour l’aider à se calmer. Mais Predlol le renvoya :
Va plutôt lui chercher du rhum … Bon dit moi ...
L’officier commença enfin à se calmer.
L’Empire, ils ont pris la bombe...
Le visage de Predlol changea de teinte, son corps entier se raidit.. Il se retourna vers la place que l’officier de communication aurait dû occuper, puis se souvint qu’il l’avait envoyé chercher une bouteille. Il réfléchissait à vitesse V… Comment l’Empire avait-il pu infiltrer le complexe ? Cela n’avait pu d’importance, ils allaient devoir passer à l’étape supérieure plus rapidement que prévu…
Finalement il se dirigea vers son propre panneau de commande, et appela Shtiteuf et Spirith. Les hologrammes apparurent, les deux hommes remarquèrent instantanément la tête énervée de l’éminence grise de la Corporation et se tinrent silencieux en attendant que Predlol prenne la parole… Ce dernier attendit un instant, comme pour rassembler ses pensées …
L’Empire a pénétré le Complexe, ils ont …
La Bombe ? l'interrompit Spirith
Partie.
Spirith et Shtiteuf devinrent bien sombres également… Shtiteuf pris la parole :
Je pense que nous l’avons cherché, si nous n’avions pas autant besoin des Puits ...
Spirith éclata de rire en entendant son compagnon et ami, mais il se recomposa une mine renfrognée après le regard que Predlol lui lança. Il ne pu néanmoins s’abstenir de se défendre.
Non mais avouez qu’on l’a un peu cherché, et …
ASSEZ !
La voix de Predlol avait tonné, dans la salle de commandant de l’Alpha tout le monde s’était arrêté de travailler. Puis il repris plus calmement :
L’Empire a refusé de nous céder ces Puits, ce n’est que du business … Mais qu’ils se permettent de venir jusque chez MOI et me voler … MOI ! … Spirith, arme les clones… Active l’ordre 666.
Predlol, arrête tes conneries, et si on se plante ? -- Plaida Spirith, Shtiteuf quant à lui restait silencieux, il savait ce qui allait suivre.
Fait ce que je te dis … Shtiteuf, récupère et planque tes recherches…
Et l’Alliance ? Devons nous leur demander de l’aide ? Demanda Spirith ?
Predlol réfléchit un instant avant de répondre.
Non, ils se moquent de nous depuis bien longtemps, et puis quoi, si ils gagnent ils vont nous faire une démocratie ? Manquerait plus que ça … Cette Galaxie serait bien mieux avec une corporation à sa tête.
Dans la salle de contrôle, les officiers étaient choqués, le soldat ne comprenait pas :
C’est quoi l’ordre 666 ? Quelqu’un ? Allo ?
L’officier de communication lui fit signe de se taire, il semblait inquiet.

La communication pris fin, Spirith se dirigea vers le panneau de contrôle sur la droite de son siège, et entra la commande fatidique. Dans le noir interstellaire, des lumières s’allumèrent, des milliers. Spirith sentait un sentiment bizarre l’envahir. Comme si il s’engageait sur un chemin sans retour…

Dans le secteur C3, depuis la plate-forme d’observation du puits, Samwell observait la retraite de l’escouade 13. Il avait gardé ses troupes en état d’alerte jour et nuit pendant des semaines, en attendant une attaque qui n’était jamais venu. Maintenant il craignait que cela ne cache quelque chose de plus grand. La Corporation avait montré sa force, mais sans un message à faire passer la chose n’avait que peu de sens. Il ne comprenait pas l’intérêt de la Corporation pour les puits, et lui, comme son compère Bin8, avait dû subir de nombreux assauts. Les deux impériaux avaient été la force directrice derrière le choix de l’Empire de rire au nez de la Corporation quand cette dernière avait proposée la vente du Puit du secteur B2. Ils pensaient que Czerka étaient corrompues, imbues de sa puissance et de ses avantages. Ils militaient pour l’Empire classe la Corporation comme une organisation criminelle voire terroriste et s’en occupe comme telle. Golan Trevor, dirigeant de Coruscant, avait même prévu une rencontre avec Matsuyama Kaze, responsable de la défense de Hoth, afin de prévoir une action globale contre la Corporation.
Au fond de lui Samwell avait un sentiment qu’il avait mis longtemps à identifier…

Il était trop tard.
Mesure éclair (Spirith)
L'Amiral Spirith avait inséré la séquence dans le système. Le compteur ne cessait d'augmenter à chaque seconde qui passait et chacune des lumières qui s'illuminait représentait plusieurs centaines de millier sur le fameux compteur.

Une fois que le compteur décéléra et s'arrêta complètement, un canal de communication s'ouvrit vers un interlocuteur inconnu.

- Ordre, se contenta de dire une voix monocorde.

L'Amiral pris un certain temps avant de répondre. Est-ce que l'ordre de Predlol était réellement conséquent ? Avait-il dépassé les bornes en lui exigeant d'appliquer cette mesure d'urgence ? Le doute s'installa en lui. Est-ce que même le chef des contrebandiers savait ce qu'il allait relâcher dans la galaxie ?

- Ordre, répéta la même voix.

Étant malheureusement contraint, il se résigna à suivre les ordres reçus. Qui était-il pour s'opposer aux ordres de son supérieur…

- Amorcez l'ordre 666, capitaine. Déployez les troupes aux abords de la galaxie et attendez les ordres de l'Amiral Predlol.

- Identité demandée pour les ordres de type 600, répondit immédiatement le capitaine à la réponse de l'Amiral Spirith.

L'Amiral savait que s'il répondait à cette question finale, plus rien ne pourrait permettre de faire marche arrière. C'était l'ultime rempart entre l'univers et le chaos à venir.

Soudainement, il se sentit légèrement nauséeux. Il s'agrippa sur son siège alors que l'équipage de la passerelle n'osait guère porter assistance au leader du vaisseau. Après un bref moment, il retrouva ses esprits, toutes ses craintes s'étaient évaporés et plus aucun remord n'aurait pu l'empêcher de lancer la suite.

- Amiral Spirith Abyssius, Ingénieur en chef de la division 666 de recherche et développement en cybernétique et bionique, je confirme l'ultime ordre 666 et donne le commandement temporaire à l'Amiral Predlol.

- L'Ordre a été accepté Amiral, l'invasion est en cours de déploiement.
Le canal de communication s'interrompit et les milliers de petites lumières qui s'étaient allumées disparurent au loin, rejoignant le centre de la galaxie connue. Le plan se déroulait comme prévu, oui, comme prévu. Mais de quel plan pensait-il? Celui de Predlol, ou d'autre chose?
Rencontre (Predlol)
Matsuyama était nerveux, il se demandait encore pourquoi diable il avait accepté cette rencontre avec Golan. Sous ses yeux il voyait la navette lambda de l’amiral impérial se diriger vers sa frégate, et dans le lointain il apercevait le destroyer victoire II qui avait amené Golan jusqu’au lieu de rencontre. La rencontre avait lieu dans le plus grand secret, il ne fallait pas que la Corporation en ait vent.
A côté de Matsuyama, Jondalar regardait également la scène. Ce serait si facile de juste abattre la navette pour éliminer le plus haut responsable impérial après l'Empereur lui même … Mais Matsuyama était un homme d’honneur, il avait donné sa parole : l’Alliance ne ferait pas de mal aux impériaux pendant la durée de la rencontre.

Ils accueillirent Golan dans une salle de conférence, loin de toute information pouvait un jour servir l’Empire. Golan était accompagné d’un escadron de garde du corps ainsi que de Samwell un autre Amiral important de l’Empire.
Matsuyama avait simplement emmené Jondalar, il était sur son vaisseau, il y avait des tourelles automatiques partout, à quoi bon avoir des gardes du corps supplémentaire. Matsuyama fronça les sourcils en saluant son homologue impérial : visiblement ce dernier n’allait pas de main morte sur l’alcool. Derrière on devinait aisément à l’attitude de Samwell qu’il était gênait par son supérieur.

La discussion s’enflamma rapidement, l’Empire voulait une trêve et une action commune de grande envergure contre la Corporation, afin de “anéantir ces fils de chiens qui se croient tout permis”. L’Alliance était moins radicale, elle ne voulait pas risquer de perdre des hommes et des vaisseaux dans une guerre évitable, le véritable ennemi se tenait dans la salle de conférence.
Dans l’ombre, caché sous un voile de camouflage, un micro-caméra écoutait et transmettait tout ce qui se passait dans la salle.

A l’autre bout de la Galaxie, le conseil de la Corporation Czerka observait. Spirith sut alors qu’ils avaient fait le bon choix en mobilisant : il allait falloir être sournois pour tenir le choc.

Dans la salle de conférence, le bracelet de Golan se mis soudain à vibrer, quelques instants plus tard l’alarme du vaisseau retentit.
Un officier entra dans la salle :
Amiral Matsuyama ! Les radars repèrent de larges formations de vaisseaux de la Corporation à proximité de Hoth !!
Matsuyama accusa le coup. Plus question de faire dans la demi mesure.
Pendant se temps Golan, qui avait pris connaissance des informations sur son bracelet et discutait avec Samwell, revint vers Matsuyama :
De même, les vaisseaux de la corporation se massent à proximité de Coruscant. Il faut agir !
Matsuyama consulta du regarde Jondalar, ce dernier hocha la tête.
Très bien. La corporation d’abord, et on recommencera à se battre plus tard. Jondalar, informe les autres.

Sur le chemin du retour, Samwell réfléchissait à toute vitesse. Des vaisseaux apparaissaient sur les écrans au même moment qu’une réunion extraordinaire ? Cela constituait une drôle de coïncidence …

Du côté de la Corporation Czerka, les choses allaient bon train. Encore quelques heures et la mobilisation serait complète.