L'orthographe pour les Nuls

Les principales questions posées ont déjà une réponse !
Avatar du membre
Bobleranger
Croiseur Mon Calamari
Messages : 445
Enregistré le : 29 mai 2006 21:42

L'orthographe pour les Nuls

Message par Bobleranger » 11 janv. 2009 14:56

Suite à l'augmentation du nombre de fautes d'orthographes sur swing (par tout le monde), je vous poste un petit tuto à apprendre par cœur!

Je précise que le travail n'est pas de moi mais copié/collé depuis un autre site. D'ailleurs vous allez le voir, ça parle souvent de fautes faites par les Belges...

Vous verrez aussi que les liens ne marchent pas (même pas en bleu), je m'en occuperais une autre fois...




SOMMAIRE

Règles de Base : Conjugaison
a) conjugaison élémentaire
b) -er / -é
c) -rai / -rais
d) si + -rais

Règles de base : Grammaire
a) L'accord du verbe avec son C.O.D. (verbe conjugué avec avoir)
b) L'accord du verbe conjugué avec être
c) COD / COI
d) La concordance des temps

Règles de base : Bien écrire
a) Toute phrase commence par une majuscule et se termine par un point.
b) La ponctuation et les espaces
c) Accents sur les majuscules
d) Le tiret (trait d'union) n'est pas facultatif

Règles de base : Ne confondons pas...
a) ai /est
b) son / sont
c) a / à
d) se / ce
e) s'est / c'est
f) ça / sa
g) ou / où
h) la / là
i) du / dû
j) peu / peux / peut
k) peut-être / peut être
l) tout / tous
m) quelle / qu'elle
n) leur / leurs
o) Qu'en / quand / quant
p) Or / Hors

Règles de base : Ne nous trompons pas...
a) au / chez
b) à / de

Règles Avancées : Orthographe générale
a) le pluriel des mots simples
b) le pluriel des mots composés
c) Terminaison du participe passé
d) Le 't' euphonique
e) Les verbes se terminant par -/endre/
f) -emment / -amment
g) Le tréma
h) -té, -tié
i) -n- devient -m-
j) Les noms de couleurs
k) Les jours et les mois
l) le "de" nobiliaire
m) Noms de localités commençant par 'Le'

Règles Avancées : Les pièges orthographiques
a) les fautes d'orthographe trop fréquentes
b) Une ou deux consonnes ?
c) Pas d'accent sur les mots suivants
d) Une autre série de mots souvent maltraités
e) masculin ou féminin ?
f) N'oubliez pas le 'h'
g) N'oubliez pas le 'i'
h) les 3 mots qui changent de genre
i) le son /euil/
j) les verbes commençant par 'ag'
k) tête-bêche
l) Les gens
m) Espèce de s...
n) Il n'en a pas
o) œil
p) Mourir, courir, nourrir
q) Aucun, Aucuns, Aucune, Aucunes
r) Trop
s) Un peu de prononciation

Règles Avancées : Les pièges grammaticaux
a) avant que / après que
b) C'est moi qui / c'est toi qui
c) par + singulier ou pluriel ?
d) Sans + singulier ou pluriel ?
e) La "double question"
f) Quiconque
g) [mots en -ant] Participe présent / Adjectif verbal
h) Orthographe des adjectifs verbaux
i) Y
j) laisser, faire + infinitif
k) N'avoir d'égal que
l) avoir l'air fou / l'air folle
m) Un verbe difficile : moudre

Règles Avancées : Les nombres
a) Plus d'un, moins de deux
b) Singulier ou pluriel ?
c) deuxième / second
d) Des chiffres et des lettres
e) Demi / Demie
f) Euro / centime

Règles Avancées : Ne confondons toujours pas...
1) À l'instar de / À l'insu de / À l'issue de
2) Affaire / à faire
3) Affleurer / Effleurer
4) Affliger / Infliger
5) Agonir / Agoniser
6) Aller / Être
7) Apporter / Amener
8) Attention / intention
9) Balade / Ballade
10) Bimensuel / bimestriel
11) Bribes / Bride
12) ça / çà
13) Ça / Cela
14) Ceci / Cela
15) censé / sensé
16) chair, chaire, cher, chère
17) coasser / croasser
18) Collision / Collusion
19) Compréhensible / Compréhensif
20) Conjecture / Conjoncture
21) Consommer / Consumer
22) Conte / Compte / Comte
23) Cour / Court / Cours / Courre
24) De par / De part
25) Décennie / Décade
26) Décerner / Discerner
27) défenseur / défendeur
28) Dénudé / Dénué
29) Désintéressement / Désintérêt
30) Différencier / Différer
31) Différent / Différend
32) Dissolu / dissous
33) Drastique / Draconien
34) Effraction / Infraction
35) Elucider / Eluder
36) Emigré / Immigré
37) Eminent / Imminent
38) Empire / Emprise
39) Enduire / Induire
40) Entretemps / Entre-temps
41) Eruption / Irruption
42) Envi / envie
43) Esquisser / Esquiver
44) Evoquer / Invoquer
45) flan / flanc
46) Fois / Foi / Foie / Foix
47) Français / français
48) Infecter / Infester
49) Méritant / Méritoire
50) non / non-
51) notre / nôtre
52) Numérique / digital
53) On / L'on
54) Le plus / La plus
55) Paraphrase / Périphrase
56) Partial / Impartial / Partiel
57) Participer à / Participer de
58) Perpétrer / Perpétuer
59) Personnaliser / Personnifier
60) Plein de / Pleins de
61) Plutôt / plus tôt
62) Poil, poêle, poèle
63) près de / prêt à
64) Prodige / Prodigue
65) Prolongation / Prolongement
66) Public / Publique
67) Quelquefois / Quelques fois
68) Quel que soit / Quelque ... soit
69) Quoique / quoi que
70) Sigle / Acronyme
71) Subvenir / Survenir
72) Tache / tâche
73) Tante / Tente
74) Temps / tant / t'en / tend / tends / taon
75) Tenu / Ténu
76) tort / tord
77) Vénéneux / Venimeux
78) Vers / Vert / Verre / Ver / Vair
79) Voie / voix / vois / voit / voua
80) Voir / Voire

Règles Avancées : Quelques horreurs à éviter
a) Les pléonasmes
b) Avoir facile / avoir difficile / avoir dur
c) Ils croient / croivent / croyent
d) Quoi ça pour

Règles Avancées : Attention aux usages abusifs
a) Année-lumière
b) Définitivement
c) Promettre
d) Régulièrement
e) Versatile

Règles Avancées : Expressions régulièrement massacrées
1) a priori, a posteriori
2) Abréviation de Monsieur
3) aller de soi
4) Les appas d'une femme
5) Autant pour moi / Au temps pour moi
6) Bayer aux corneilles
7) battre son plein
8) Un cauchemar
9) Coucher de soleil
10) De toute façon
11) En un tournemain / En un tour de main
12) L'état de droit
13) etc.
14) Faire ou ne pas faire long feu ?
15) Gageure
16) Je vous saurais gré
17) Là où le bât blesse
18) Malgré que
19) Nu des pieds à la tête
20) Par acquit de conscience
21) Par voie de presse
22) Prendre à témoin
23) Pour ce faire
24) Quand même
25) sabler ou sabrer le champagne ?
26) Sens dessus dessous
27) Soi-disant
28) Suite à à la suite de
29) Vive
30) Vous n'êtes pas sans savoir

Quelques outils utiles
a) Correcteurs orthographiques
b) Dictionnaire orthographique en ligne
c) MSKLC : personnalisez votre clavier sous Windows

Quelques annexes utiles
a) L'alphabet phonétique
b) les belgicismes
c) Les périphrases
d) Citations latines
e) Les cris des animaux
Modifié en dernier par Bobleranger le 11 janv. 2009 15:08, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Bobleranger
Croiseur Mon Calamari
Messages : 445
Enregistré le : 29 mai 2006 21:42

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Bobleranger » 11 janv. 2009 14:56

Règles de Base : Conjugaison

a) conjugaison élémentaire

Il y a 3 catégories de verbes en français, les verbes finissant par :
1- er
2- ir
3- tous les autres

Les verbes en 'er' ne prennent pas 's' à la première personne du singulier du présent de l'indicatif (je).
==> je donne, je demande, je range...

Ces mêmes verbes en 'er' ne prennent pas 's' à la deuxième personne du singulier de l'impératif.
==> donne-moi 10 €, range ta chambre, demande de l'aide à ton frère...

Un lien très utile pour découvrir la conjugaison d'un verbe donné : le Conjugueur.

b) -er / -é

C'est une erreur énorme, de celles qui vous font passer pour un ignare !
C'est pourtant tellement simple...

Remplacez le verbe conjugué par 'finir'.
- Si vous dites finir, écrivez alors 'er'
- Si vous dites fini, écrivez alors 'é'

Quelques exemples...
- Je vais mang... ==> Je vais finir ==> Je vais manger
- Il a voulu m'entub... ==> Il a voulu me finir ==> Il a voulu m'entuber
- Il a essay... de trich... ==> Il a fini de finir ==> Il a essayé de tricher

c) -rai / -rais

- rai = futur de l'indicatif.
- rais = conditionnel

Je viendrai demain.
Si je le pouvais, je viendrais, mais...
Si tu trompais ta femme, tu le lui dirais ?
Je crois que je partirai vers 20 heures.

d) si + -rais

Si, quand il exprime une condition, ne doit jamais être suivi du conditionnel (-rais).

Si j'avais su, je ne serais pas venu.
et non
Si j'aurais su, je ne serais pas venu.

Donc
- Je le ferais si j'aurais le temps.
- Si j'aurais de l'argent, j'achèterais une Ferrari
- Je parlerais mieux si j'aurais pas séché les cours
sont tous des fautes !

Cependant, la règle qu'enseignent certains ("Jamais de -rais après un si") est incorrecte.
Il existe en effet certains cas où un si sera suivi d'un conditionnel (-rais) quand le si n'exprime pas une condition.



Règles de base : Grammaire

a) L'accord du verbe avec son C.O.D. (verbe conjugué avec avoir)

COD = complément d'objet direct.
la règle : le verbe conjugué avec avoir s'accorde avec le COD si celui-ci est placé devant.

Comment comprendre cette phrase ?

Pierre a mangé la tarte
Pierre : sujet
a mangé : verbe
la tarte : COD

la tarte (le COD) se trouve après le verbe, donc on n'accorde pas le verbe avec son COD.

La tarte que pierre a mangée.
'que' qui est ici le COD (que remplace la tarte) est devant le verbe, donc 'mangée' s'accorde avec 'tarte', féminin singulier.

J'ai acheté 4 barrettes de mémoire.
les barrettes de mémoire (le COD) se trouvent après le verbe, donc pas d'accord.

Les barrettes de mémoire que j'ai achetées.
'que' qui est ici le COD (que remplace les barrettes de mémoire) est devant le verbe, donc 'achetées' s'accorde avec 'barrettes de mémoire', féminin pluriel.

b) L'accord du verbe conjugué avec être

Le verbe conjugué avec être s'accorde avec le sujet :
- Il est parti
- Ils sont partis
- Elle est partie
- Elles sont parties

c) COD / COI

C'est à dire complément d'objet direct / complément d'object indirect.

RAPPEL : le verbe conjugué avec avoir s'accorde avec le COD si celui-ci est placé devant.
2 exemples :
- J'ai mangé une pomme.
==> La pomme que j'ai mangée
Le COD est ici 'que' qui remplace 'pomme' nom féminin. 'Que' est devant, donc on accorde.
- J'ai planté mes disques durs.
==> Les disques durs que j'ai plantés
Le COD est ici 'que' qui remplace 'disques durs' masculin pluriel. 'Que' est devant, donc on accorde.

Pourquoi dès lors n'y a-t-il pas d'accord dans les phrases suivantes ?
- La femme à qui j'ai parlé
- Les femmes auxquelles j'ai pensé
- Les femmes dont j'ai rêvé

Parce que qu'il n'y a pas ici de COD mais des COI, des compléments d'objet indirect !
Or, le participe passé conjugué avec avoir s'accorde avec le COD (et non le COI) si celui-ci est placé devant.

Comment distinguer COD et COI ?
Remettons les phrases sous une forme plus simple :
- J'ai mangé la pomme ==> COD
- J'ai planté les disques durs ==> COD
- J'ai parlé à la femme ==> COI
- J'ai pensé aux femmes ==> COI

C'est donc le 'à' ou 'aux' ou 'dont' (la préposition) qui fait toute la différence entre le COD et le COI !

d) La concordance des temps

La concordance des temps, c'est la relation entre le temps de la proposition principale et de la subordonnée.

1. Concordance des temps commandée par le sens
Il s'agit de traduire la relation chronologique.
==> Je crois qu'elle est folle de moi. (présent)
==> Je crois qu'elle était folle de moi. (imparfait)
==> Je crois qu'elle sera folle de moi. (futur)

Les temps composés expriment l'antériorité par rapport à un moment donné (passé ou à venir), mais accompli.
- Je te raconte ce que je vois (simultanéité)
- Je te raconte ce que j'ai vu (antériorité, fait accompli)
- Je te racontais ce que je voyais (simultanéité)
- Je te racontais ce que j'avais vu (antériorité dans le passé, fait accompli)
- Je te raconterai ce que je verrai (simultanéité),
- Je te raconterai ce que j'aurai vu (antériorité dans le futur, fait accompli)
- Il partit dès qu'il entendit le signal (simultanéité)
- Il partit dès qu'il eut entendu le signal (antériorité dans le passé, fait accompli).

2. Concordance des temps obligatoire
Dans certains cas, la relation entre les temps est une certitude grammaticale.
- futur -> futur antérieur
- conditionnel -> conditionnel passé
==> Il est convenu qu'on vous préviendra (futur) dès qu'une décision aura été prise (futur antérieur).
==> Il était convenu qu'on vous préviendrait (conditionnel) dès qu'une décision aurait été prise (conditionnel passé).

- présent -> passé composé
- imparfait -> plus-que-parfait
==> Je fais ce que je veux (présent + présent),
==> Il faisait ce qu'il voulait (imparfait + imparfait).
==> Je crois que je me suis trompé (présent + passé composé),
==> Il croyait qu'il s'était trompé (imparfait + plus-que-parfait).

3. Concordance des temps au subjonctif
- Quand le verbe de la principale est au présent ou au futur, celui de la subordonnée est au subjonctif présent :
==> Je crains qu'il ne soit trop tard. (présent + subjonctif présent)

- Quand le verbe de la principale est à un temps du passé (récit), celui de la subordonnée est à l'imparfait du subjonctif :
==> Je craignais qu'il ne fût trop tard (imparfait + imparfait du subjonctif).

- Pour exprimer l'aspect accompli dans la subordonnée, on emploie soit le passé, soit le plus-que-parfait du subjonctif :
==> Je crains que mes paroles n'aient été mal interprétées (présent + passé du subjonctif).
==> Il craignait que ses paroles n'eussent été mal interprétées (imparfait + plus-que-parfait du subjonctif).

Remarques
Dans la langue courante, on emploie souvent le présent ou le passé composé du subjonctif au lieu de l'imparfait ou du plus-que-parfait de ce mode, c'est à dire qu'on se borne à exprimer l'opposition entre le non accompli et l'accompli:
==> J'avais peur qu'il soit trop tard (subjonctif présent = non accompli).
==> il avait peur que ses paroles aient été mal interprétées (passé du subjonctif = accompli).

Même dans la langue soignée, l'imparfait et le plus-que-parfait du subjonctif ne sont guère usuels qu'à la 3e personne (sauf pour être et avoir, où toutes les personnes peuvent s'employer):
- Je craignais que vous n'arriviez en retard (subjonctif présent).
et non :
- Je craignais que vous n'arrivassiez en retard (imparfait du subjonctif).

Source



Règles de base : Bien écrire

a) Toute phrase commence par une majuscule et se termine par un point.

C'est une règle extrêmement simple, et pourtant trop de personnes l'oublient donc je la répète en gras :
Toute phrase commence par une majuscule et se termine par un point.

"Point" est bien entendu compris au sens large, et inclut les points d'interrogation (?), d'exclamation (!) et de suspension (...).

Notons aussi :
- On ne met en général pas de point à la fin des titres, mais c'est la seule exception ;
- Dans les listes (comme celle-ci), il est courant de mettre en majuscule le début de chaque ligne, la fin étant en général marquée par un point-virgule ;
- On ne cumule jamais deux points (au sens large) à la suite (il faut faire attention avec les citations, les abréviations du type etc. et les parenthèses).

b) La ponctuation et les espaces

=> Jamais d'espace avant la virgule et le point, toujours un espace après.

=> Toujours un espace avant et après le point-virgule, le point d'interrogation, le point d'exclamation et les deux points.

=> Pour les parenthèses et les guillemets :
- il y a toujours un espace avant et jamais après le signe ouvrant.
- il y a toujours un espace après et jamais avant le signe fermant.
!!! Guillemets "" : espace avant l'ouvrant et après le fermant.
!!! Guillemets « » : espace avant et après les deux.

=> Pas d'espace ni avant ni après l'apostrophe et le trait d'union.

c) Accents sur les majuscules

Quant à l’utilisation des accents sur les majuscules, il est malheureusement manifeste que l’usage est flottant.

Il convient cependant d’observer qu’en français, l’accent a pleine valeur orthographique. Son absence ralentit la lecture, fait hésiter sur la prononciation, et peut même induire en erreur.
=> ILLUSTRE/ILLUSTRÉ
=> BISCUITS SALES / BISCUITS SALÉS

On veille donc, en bonne typographie, à utiliser systématiquement les capitales accentuées.
Il en va de même pour le tréma et la cédille.

d) Le tiret (trait d'union) n'est pas facultatif

On a trop souvent tendance à le laisser tomber en se disant "Bah, ce n'est pas vraiment une faute."
Ben si, c'est une faute, une vraie !

1. Quand on inverse sujet et verbe, il faut un tiret :
- On peut => Peut-on ?
- Il veut => Veut-il ?
- Il est => Est-il ?
- C'est => Est-ce ?
- Elles chantent => Chantent-elles ?
- Ils pleurent => Pleurent-ils ?

2. En cas d'insertion d'un 't' euphonique, on insère un tiret de part et d'autre :
- Où va-t-il ?
- Pourquoi crie-t-elle ?
- Depuis quand pleure-t-il ?
- Réessaye-t-on ?

3. Quand on inverse verbe et COD pronominalisé (mais pas entre le COD et le COI) :
- Donne-le moi (tiret entre 'donne' et 'le' mais pas entre 'le' et 'moi')
- Rends-le lui (idem)
- Explique-le lui (idem)
- Prends-la
- Fais-le

4. Quand on inverse verbe et COI pronominalisé :
- Donne-moi l'heure
- Fais-lui plaisir
- Dis-lui la vérité
- Parle-lui en (qu'on ne prononce pas 'parle-lui zen')
Image

Avatar du membre
Bobleranger
Croiseur Mon Calamari
Messages : 445
Enregistré le : 29 mai 2006 21:42

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Bobleranger » 11 janv. 2009 14:56

Règles de base : Ne confondons pas...

a) ai /est

Une faute qu'on trouve de plus en plus sur ce forum, l'emploi de l'auxiliaire être au lieu de avoir...

On écrit "Je lui ai déjà envoyé une lettre."
et non "Je lui est déjà envoyé une lettre."

Halte à l'écriture phonétique ! De grâce, réfléchissez un minimum avant d'écrire...

b) son / sont

- 'sont' est un verbe, le verbe être, à la troisième personne du pluriel de l'indicatif présent.
- 'son' est un adjectif possessif (il marque l'appartenance de quelque chose à quelqu'un par exemple)

Ils sont fous.
Son ordinateur ne démarre plus...
Sont-ils arrivés ?
Est-ce son tour ?
Ces pulls sont-ils à son goût ?

c) a / à

Très simple :
Si on peut remplacer le 'a' par avait, il s'agit alors d'un verbe, il ne faut donc pas d'accent. Sinon on met un accent.

Il a menti => on peut dire 'il avait menti' => pas d'accent.
Je pense à Lorelei => on ne peut pas dire 'Je pense avait Lorelei' => un accent.

d) se / ce

Une autre grossière erreur, et pourtant simple à éviter.

- se est un pronom réfléchi : il se demande = il demande à lui-même.
- ce est un déterminant démonstratif : ce chien = ce chien-là

Il se demande si elle se doute qu'il se la ferait bien.
Il se dit qu'elle se la joue
Ce garçon se tue à la tâche.
Je veux ce modèle de graveur.
Qui se décide pour ce week-end.
Se peut-il qu'il se trompe ? (Il se peut qu'il se trompe)
Ce sera la semaine prochaine.

e) s'est / c'est

Très proche de la précédente...

s'est : encore un réfléchi.
c'est : démonstratif.

C'est vrai.
C'est la meilleure.
C'est une femme très intelligente.
Il s'est blessé.
Elle s'est trompée.
On s'est perdus.
S'est-il jamais demandé si c'était vrai ?

f) ça / sa

Encore une faute fréquente, et pourtant ce n'est pas compliqué.

- 'sa' est un possessif. On peut le remplacer dans la phrase par 'ma' ou 'ta'.
==> J'ai couché avec sa femme.
==> Je lui ai volé sa voiture.

- 'ça' signifie ceci ou cela :
==> Rooooh, cette cochonne, regarde-moi ça !
==> Dis, ça t'intéresse une 147 neuve à 5000 €, je suis pressé de la vendre.

g) ou / où

Simple :

- où indique le lieu :
==> Où est-il ?
==> Je mets ça où ?
==> Où as-tu mal ?

- ou est une conjonction de coordination : deux possibilités sont opposées l'une à l'autre.
==> Tu aimes les brunes ou les blondes ?
==> Je mets ça ici ou là ?
==> Tu désires du fromage ou un dessert ?

h) la / là

- 'la' est un article (la femme, la chienne) ou un pronom (il la regarde, il se la fait). L'équivalent de 'le' mais au féminin.

- 'là' indique le lieu. On peut le remplacer par 'là-bas'.
Où est-elle ? Là.
Remets-ça là tout de suite.

i) du / dû

- du est l'article indéfini (du parfum, du temps, du couscous)
- dû est le verbe devoir (j'ai dû l'achever), ou un nom signifiant "ce qui est dû" (rendez-lui son dû)

j) peu / peux / peut

- 'peu' veut dire 'pas beaucoup de' et reste toujours singulier.
- 'peut' vient de pouvoir, troisième personne du singulier, indicatif présent : il peut.
- 'peux' vient de pouvoir, première et deuxième personnes du singulier, indicatif présent : je peux, tu peux.
- 'peus' n'existe pas.

k) peut-être / peut être

- "peut-être" avec trait d'union = sans doute, probablement.

- "peut être" sans trait d'union = pouvoir être.
Ce garçon peut être agressif quand il a bu !

l) tout / tous

- tout représente quelque chose d'entier, une unité :
Il a tout pris, j'ai tout essayé, tout est à refaire.
(il a pris le tout, j'ai essayé le tout, le tout est à refaire)

- tous distingue chaque unité dans un ensemble, comme si on les comptait.
Ils sont tous partis (jusqu'au dernier), ils ont tous redoublé.

- Une toux est le début de la maladie (c'est le fait de tousser).

m) quelle / qu'elle

Assez simple aussi.
- Si on peut remplacer par "que elle" alors c'est "qu'elle".
- "Quelle", en un mot, est le féminin de "Quel".

n) leur / leurs

1. Quand il s'agit d'un adjectif possessif :
(mon ton son ma ta sa mes tes ses notre votre leur nos vos leurs), on accorde avec le(s) substantif(s) qui sui(ven)t.
=> C'est leur chien - Ce sont leurs chats

2. Quand il s'agit d'un pronom personnel (= à eux), pas de 's'.
=> Je leur parle, l'argent qu'ils leur ont volé

o) Qu'en / quand / quant

- Qu'en = la contraction de 'que en' :
Il ne roule qu'en voiture.
Il ne travaille qu'en été...
- Quand = lorsque :
Quand tu auras fini, fais-moi signe.
Quand on n'a que l'amour...
- Quant = une locution, suivie de 'à', 'au' ou 'aux'.
Quant à vous cher amis, nous allons avoir une petite discussion.
Quant aux fautes d'orthographe, sachez que...

p) Or / Hors

- Hors = en dehors de :
=> Le joueur était hors-jeu
=> L'ascenseur est hors service
=> Il était vraiment hors de lui
=> Il est hors de question de se remettre à travailler.
=> Miam, ce hors d'oeuvre est délicieux
=> J'ai mis le voleur hors d'état de nuire.
=> Ce bijou en or est hors de prix
=> Sans s'en rendre compte, il s'est mis hors-la-loi

- Or est une conjonction de coordination... ou un métal précieux
=> L'espace d'un instant, je me suis cru riche. Or, tout ce qui brille n'est pas or.



Règles de base : Ne nous trompons pas...

a) au / chez

Simple :
- Chez : on dit Je vais chez le dentiste, je vais chez le coiffeur, je vais chez le médecin... parce que ce sont des personnes.
- Au : je vais au garage, je vais au supermarché, je vais au bowling... parce que ce ne sont pas des personnes...

b) à / de

- 'à' marque l'appartenance après un verbe :
Cette chienne appartient à mon père
- 'à' peut aussi être utilisé devant un pronom :
Une combine à eux, une habitude bien à elle
- 'de' doit être utilisé entre deux noms, jamais 'à' :
La femme de mon père, la voiture de ma mère, l'ordinateur de ma soeur, un ami de mon frère.
Image

Avatar du membre
Bobleranger
Croiseur Mon Calamari
Messages : 445
Enregistré le : 29 mai 2006 21:42

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Bobleranger » 11 janv. 2009 14:57

Règles Avancées : Orthographe générale

a) le pluriel des mots simples

1. Les noms en -ail font leur pluriel en -ails.
Exceptions : bail, corail, soupirail, travail, vantail, vitrail, qui font leur pluriel en -aux.
=> ail fait au pluriel aulx, mais en termes de botanique on dit également des ails.

2. Les noms en -al font leur pluriel en -aux.
Exceptions : bal, cal, carnaval, cérémonial, chacal, festival, récital, régal... qui font leur pluriel en -als.
==> idéal fait au pluriel idéals ou idéaux.

3. Les noms en -au, -eau et -eu prennent un x au pluriel.
Exceptions : landau, sarrau, bleu, pneu, émeu, lieu (poisson), qui prennent un s.

4. Les noms en -ou font leur pluriel en -ous.
Exceptions : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou et pou, qui prennent un x.

b) le pluriel des mots composés

Là ça se corse... Je vais essayer de faire simple.

1. Noms composés s'écrivant en un seul mot
Le dernier élément prend seul la marque du pluriel :
- des bonheurs, des portefeuilles...
Exceptions : mesdames, mesdemoiselles, messieurs, messeigneurs, bonshommes, gentilshommes.

2. Deux noms, adjectif + nom ou deux adjectifs
Les deux mots prennent la marque du pluriel :
- une porte-fenêtre, des portes-fenêtres
- un rouge-gorge, des rouges-gorges
- un oiseau-mouche, des oiseaux-mouches
- un sourd-muet, des sourds-muets...

3. Nom + adjectif
Ce n'est alors pas un nom composé et on ne met donc pas de tiret entre les deux : des gardes champêtres, des châteaux forts...
Exceptions : des coffres-forts, du fer-blanc...

Grand, franc : si le premier élément est grand ou franc, il ne prend la marque du pluriel qu'au masculin :
- un grand-père, des grands-pères
- une grand-mère, des grand-mères
- un Franc-Comtois, des Francs-Comtois
- une Franc-Comtoise, des Franc-Comtoises...

4. Nom complété d'un autre nom
Le premier seul prend la marque du pluriel :
- un chef-d'oeuvre, des chefs-d'oeuvre
- un bouton-d'or, des boutons-d'or
- un timbre-poste, des timbres-poste
- une pomme de terre, des pommes de terre
- un hôtel de ville, des hôtels de ville
Exceptions : pot-au-feu, rez-de-chaussée... sont invariables.

5. Verbe + un complément
Le nom seul varie, à moins que le sens ne s'y oppose :
- un tire-ligne, des tire-lignes
mais :
- un faire-part, des faire-part
- un gratte-papier, des gratte-papier
- un porte-plume, des porte-plume
- un porte-clefs, des porte-clefs
- un réveille-matin, des réveille-matin...

6.Mots composés avec garde
Si le nom composé désigne une personne, garde est alors considéré comme un nom (gardien) : des gardes-chasse
Si le nom composé désigne un objet, garde est alors un verbe (invariable) : des garde-fous

c) Terminaison du participe passé

Je ne parle pas ici de l'accord du participe passé abordé lors de leçons précédentes, mais de la terminaison du participe passé masculin singulier.

==> L'affront subi / subit / subis l'a mis dans une colère noire.
==> Le chemin pri / prit / pris s'est avéré plus long.
==> Le chemin choisi / choisit / choisis s'est avéré plus long.
==> Le politicien élu / élut / élus est un escroc.
==> L'étudiant admi / admit / admis pourra s'estimer heureux.

Le truc : mettez-le au féminin et vous entendrez s'il y a une consonne muette ou non !

==> L'humiliation subie => L'affront subi.
==> La voie prise => Le chemin pris.
==> La voie choisie => Le chemin choisi.
==> La politicienne élue => Le politicien élu.
==> L'étudiante admise => L'étudiant admis

d) Le 't' euphonique

C'est un 't' ajouté pour des raisons acoustiques.
- Il peut le faire... Peut-il le faire : normal.
- Il va le faire... Va-t-il le faire : on ajoute un 't' dit euphonique pour des raisons de prononciation

Pour ce qui est de l'orthographe : un tiret de part et d'autre, pas d'apostrophe.
va't-il : FAUX
va-t'il : FAUX
vat-il : FAUX
va t-il : FAUX
va-t il : FAUX
va t il : FAUX
va-t-il : CORRECT

e) Les verbes se terminant par -/endre/

Les verbes dont la terminaison se prononce /endre/ se terminent par -endre : reprendre, vendre, apprendre
==> 2 exceptions : épandre et répandre.

f) -emment / -amment

Comment savoir comment écrire la terminaison des adverbes ? Patiemment ou patiamment ?
Violamment ou violemment ?
Il suffit de regarder la terminaison de l'adjectif sur lequel est construit l'adverbe et utiliser la même lettre.

Patient => e => Patiemment
Violent => e => Violemment
Intelligent => e => Intelligemment
Brillant => a => Brillamment
Etonnant => a => Etonnamment

g) Le tréma

Le tréma est un signe que l'on place au-dessus des voyelles a, e, i, u, pour indiquer que cette voyelle doit être prononcée séparément de celles qui l'entourent.

- Sur le « e » de :
=> canoë, Israël, Noël...
=> mais : goéland, goélette, goémon, moelle, poêle, poème, poésie, israélien...
Remarque
=> Le ë n'est pas prononcé dans : Mme de Staël, Saint-Saëns.

- Sur le « i » de :
=> aïeul, faïence, égoïste, haïr, maïs, ouïe, inouï, coïncider, coïnculpé...
=> mais : coincer, Saigon, séquoia, Hanoi, oui, ouistiti, éblouir...

- Sur le « u » de :
=> aigüe, ambigüe, ambigüité, exigüe, exigüité, contigüe, cigüe, Saül, Esaü, capharnaüm.

Note : La réforme orthographique de 1990 déconseille les anciennes formes peu logiques où le tréma surmontait des lettres muettes (exemple : aiguë) et propose d'étendre cet usage aux mots à prononciation ambigue (gageüre au lieu de gageure).

h) -té, -tié

Les noms féminins en '-té', '-tié' n'ont pas de 'e' final : l'amitié, la bonté, la beauté, la saleté, la variété.
=> Exceptions : les noms de contenance : (une brouettée, une pelletée) et cinq noms courants : dictée, jetée, montée, pâtée, portée.

i) -n- devient -m-

Devant m, p et b, on remplace la lettre n par m : tomber, plomber...
=> exceptions : bonbon, bonbonnière, bonbonne, embonpoint, néanmoins.

j) Les noms de couleurs

1. Les adjectifs de couleur tels que blanc, noir, vert, jaune, bleu, etc. s'accordent en genre et en nombre avec le nom auquel ils se rapportent.
=> La secrétaire a commandé des stylos rouges et des stylos verts.
LA LISTE
beige, bis, blanc, bleu, blond, brun, châtain, cramoisi, écarlate, fauve, glauque, gris, incarnat, incolore, infrarouge, jaune, mauve, noir, pers, pourpre, rose, rouge, roux, ultraviolet, vermeil, vert, violet, zinzolin.

2. Certains noms désignent des minéraux, des végétaux, etc. Ces noms restent invariables lorsqu'ils sont employés avec une valeur d'adjectif pour exprimer une couleur.
=> Elle portait des collants marine.
=> Les chemises champagne contiennent les factures et les chemises cerise les avis d'échéance.

Marron et orange sont dans ce cas : ils ne s'accordent jamais lorsqu'ils servent à exprimer la couleur.
=> Des lacets marron.
=> Il avait choisi des bordures orange pour son graphique.
LE TRUC
L'invariabilité en genre, plus évidente (on ne dit pas "maronne"), doit rappeler l'invariabilité en nombre

3. Lorsqu'une couleur est exprimée par deux termes ou plus, ces termes restent invariables, qu'il s'agisse de noms ou d'adjectifs.
=> Des motifs rouge foncé apparaissent sur le dessin.
=> Les mots en caractères bleu-vert sont définis dans le lexique.

k) Les jours et les mois

1. Les noms de jour et de mois sont des noms, qui tout comme les autres noms ont un pluriel.
=> Nous recevons le public tous les lundis.
=> Kevin et Marjorie passent leurs dimanches à la campagne.
=> Nous avons déjà eu des juins plus ensoleillés.

2. Matin et soir restent eux au singulier quand ils sont apposés à un nom de jour.
=> Accueil du public : tous les lundis matin.

3. Les noms de mois sont rarement employés au pluriel. On préfère généralement la tournure avec des mois de... Dans ce cas, le nom du mois reste au singulier.
=> Nous avons déjà eu des mois de juin plus ensoleillés.

4. Les jours et les mois ne prennent pas de majuscule (sauf en début de phrase bien entendu).

l) le "de" nobiliaire

1. La particule de placée devant les noms de famille marque le plus souvent l'origine. Elle n'apparaît que lorsque le nom est précédé d'un prénom ou d'un titre (monsieur, madame, marquis, abbé, général...)
=> Jean de La Fontaine.
=> Le marquis de Sade.
=> Madame de Sévigné.

2. Lorsque le nom est employé sans prénom ou sans titre, le de n'est pas maintenu.
=> La Fontaine est également connu pour ses contes licencieux.

3. Mais de est maintenu par usage devant certains noms d'une seule syllabe et devant certains noms de famille commençant par une voyelle.
=> De Gaulle a rassemblé les résistants autour de lui.
=> Quand d'Artagnan reviendra, il vous embrochera !

4. On écrit normalement cette particule avec une minuscule. Toutefois, si elle est précédée de la préposition de, la majuscule permet de distinguer les deux de.
=> Les mémoires de Charles de Gaulle.
=> Les mémoires de De Gaulle.

m) Noms de localités commençant par 'Le'
exemple : Le Havre, Le Mans

Quand elles sont précédées de 'à', il y a contraction.

- Je vais au Havre, je vais au Mans.
et non
- Je vais à le Havre, je vais à le Mans.
Image

Avatar du membre
Bobleranger
Croiseur Mon Calamari
Messages : 445
Enregistré le : 29 mai 2006 21:42

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Bobleranger » 11 janv. 2009 14:57

Règles Avancées : Les pièges orthographiques

a) les fautes d'orthographe trop fréquentes

- Abréviation : un seul 'b'
- Acompte : un seul 'c'
- Annuler : un seul 'l'
- Connexion et non connection
- Développer : un 'l' deux 'p'
- Etymologie : pas de 'h'
- Langage et non language
- Mille : jamais de 's'

- Raisonner : réfléchir, faire appel à la raison
- Résonner : résonance (un seul 'n') d'un son, d'un bruit

b) Une ou deux consonnes ?

Attention aux pièges suivants !

alléger ==> alourdir
barrique ==> baril
bonhomme ==> bonhomie
charrette ==> chariot
coller ==> accoler
concurrent ==> concourir
courrier ==> courir
folle ==> affoler
fourmiller ==> fourmilière
honneur ==> honorer
hutte ==> cahute
imbécillité ==> imbécile
siffler ==> persifler
sonner ==> sonore
souffre (je souffre) ==> soufre (ça sent le soufre)
souffler ==> boursoufler
vallon ==> dévaler

c) Pas d'accent sur les mots suivants

- appas (attraits), assener,
- bateau, Benelux, boiter, boiteux,
- ça (de cela), chalet, chapeau, chapitre, cime, cote (de coter), coteau, cotre, credo, cru (vin), cru (de croire), cyclone,
- dessablement, dessaisir, desservir, diesel, diffamer, drainer, drolatique,
- express,
- faine, fantomatique, fibrome, futaie, futaille,
- gaiement, gaine, genet (cheval), gnome, goitre, gracier, gracieux, gracile,
- hache, haler (tirer), havre,
- indu, infamant, infamie,
- jeun (à), jeune (de jeunesse),
- manne (nourriture), mat (terne, échecs), moelle, moelleux, moellon,
- Nigeria,
- paturon, pretentaine, psychiatre,
- racler, ratisser, receler, reclus, repartie (réponse), retable, revolver, roder (user), ru, ruche,
- sur (aigre), surir, symptomatique, syndrome,
- tache (souillure), tatillon,
- Venezuela, Vietnam, vilenie,
- zone...

d) Une autre série de mots souvent maltraités

Voici une petite liste de mots trop souvent massacrés ou mutilés...

On dit : obnubiler et non : obnibuler, omnibuler
On dit : aéroport et non : aréoport
On dit : aréopage et non : aéropage
On dit : {b]infarctus[/b] et non : infractus
On dit : points de suture et non : points de souture
On dit : rémunérer et non : rénumérer
On dit : rémunération et non : rénumération
On dit : dilemme et non : dilemne
On dit : rebattre les oreilles et non : rabattre les oreilles
On dit : rabattre le caquet et non : rebattre le caquet
On dit : une plaque minéralogique et non : une plaque numéralogique
On dit : cafétéria et non : cafétaria
On dit : mnémotechnique et non : mémotechnique

e) masculin ou féminin ?

Sont masculins :
abysse, aéronef, albâtre, alvéole, amalgame, ambre, amiante, anathème, antidote, antipode, antre, apogée, armistice, asphalte, astérisque, augure, auspices, catafalque, chrysanthème, colchique, edelweiss, effluve, éloge, emblème, en-tête, entracte, éphémère, équinoxe, exergue, hémisphère, hyménée, interstice, ivoire, jade, lignite, méandre, obélisque, opercule, opprobre, ovule, pétale, planisphère, sépale, tentacule, tubercule, viscère...

Sont féminins :
acné, acoustique, affres, alcôve, algèbre, anagramme, antichambre, apostrophe, argile, arrhes, atmosphère, azalée, campanule, ébène, échappatoire, échauffourée, écritoire, épigramme, épitaphe, épithète, équivoque, escarre, immondices, interview, nacre, oasis, orbite, oriflamme, réglisse, scolopendre, stalactite, stalagmite, volute...

f) N'oubliez pas le 'h'

N'oubliez pas 'h' dans : abhorrer, adhérer, cathédrale, dahlia, exhaler, exhiber, exhorter, enthousiasme, léthargie, posthume, rhinocéros, rhume, rythme, sympathie, théâtre, les arrhes.
Mais pas de 'h' dans : atmosphère, catéchisme, exalter, exorbitant, exubérant, omoplate (ce n'est pas une lesbienne sans seins !).

g) N'oubliez pas le 'i'

Ne pas oublier 'i' dans : châtaignier, groseillier, joaillier, quincaillier.

h) les 3 mots qui changent de genre

Il existe en français 3 mots qui sont masculins au singulier et deviennent féminins au pluriel... si si :)
- amour
- orgue
- délice

i) le son /euil/

Après c ou g, le son /euil/ s'écrit 'ueil' : accueil, orgueil.

j) les verbes commençant par 'ag'

Les verbes commençant par 'ag' ne prennent qu'un g : agrandir
=> 3 exceptions : aggraver, agglomérer, agglutiner

k) tête-bêche

tête-bêche s'écrit avec un trait d'union.

l) Les gens

Le genre de gens peut varier suivant la construction de la phrase.

1. Quand gens est accompagné d'un adjectif placé après lui, il est du masculin :
=> les gens mal informés...

2. Quand l'adjectif est placé immédiatement avant, il est du genre féminin :
=> les bonnes gens...
=> toutes les vieilles gens...

3. Dans les cas d'adjectifs ou pronoms placés avant et après gens, ceux placés avant gens prennent aussi le féminin, tandis que ceux qui le suivent restent au masculin :
=> toutes ces bonnes gens sont ennuyeux...
=> ces petites gens d'entre lesquels je suis sorti...

4. mais :
=> tous les gens sensés...
=> tous ces gens-là...
=> tous les braves gens...
=> qu'est-ce qu'ils diraient toutes ces bonnes gens...
=> instruits par l'expérience, les vieilles gens sont prudents...

m) Espèce de s...

On en a déjà parlé, mais ça n'a pas fait l'objet d'une leçon.

'Espèce' est un nom commun féminin, comme 'sorte'.
=> Une sorte de nymphomane m'est tombée dessus.
=> Une espèce de nymphomane m'est tombée dessus.

Espèce ne s'accorde donc pas avec le terme qui suit.
=> Une espèce de fou (et non un espèce de fou)
=> Une espèce de folle

n) Il n'en a pas

Il n'a pas d'argent => Il n'en a pas et surtout pas 'Il n'en n'a pas' !
Dans 'Il n'en n'a pas', vous utilisez deux négations (et en math, - par - ça fait +), et ça ne veut plus rien dire.

o) œil

On écrit un œil et non un œuil, il faut arrêter de mettre un 'u' !
=> Elle lui a tapé dans l'œil.
=> Ce type n'a pas le compas dans l'œil.

p) Mourir, courir, nourrir

Je croyais que tous nos profs nous avaient appris :
- On ne meurt qu'une fois -> un seul 'r' à 'mourir'.
=> Arrête tes jérémiades, tu ne vas pas en mourir.

Attention, à l'indicatif futur simple, il y a bien 2 'r' :
=> Un jour ou l'autre, tu mourras, comme tout le monde.
Idem au conditionnel présent.
=> Si ça m'arrivait, je mourrais de honte.
=> Je ne savais pas qu'il mourrait si jeune.

Et la faute est fréquente : 56500 mourrir sur Google !
Courir : 1 seul 'r' parce que quand on court on manque d'air
Nourrir : 2 'r', on se nourrit plusieurs fois

q) Aucun, Aucuns, Aucune, Aucunes

- On entend parfois dire qu'aucun est invariable. C'est une grave erreur (si si !).
=> Je n'ai aucun amant.
=> Je n'ai aucune envie.
Déjà ici, on se rend compte qu'il varie.

- De plus, aucuns, aucunes s'emploie lorsque le nom qu'il accompagne n'a pas de singulier.
=> Il n'y a bien entendu aucuns frais à prévoir dans notre formule all inclusive.
=> Il n'y a aucunes funérailles prévues cette semaine, mais qui sait...

- On trouve aussi "D'aucuns" qui signifie "Certains".
=> D'aucuns prétendent que les femmes doivent rester à la cuisine.

r) Trop

Encore une leçon que je n'aurais a priori pas crue nécessaire...
Pourtant quand on additionne les "trops forts", "trops grands", "trops bons", "trops longs" etc. qu'on trouve sur Google, on arrive à plusieurs milliers !

"Trop" est invariable !
=> T'as vu les meufs ? Elles sont trop bonnes.
=> Elles sont trop nombreuses.
=> Putain, ces joueurs, ils sont trop forts.

s) Un peu de prononciation

Ces deux mots sont massacrés par pas mal de [barre]beaufs[/barre] gens en Belgique.

- 'Gorille' se prononce /gorie/ et non /goril/
- 'Tranquille' se prononce /trankil/ et non /trankie/

Et tant qu'à faire...
- 'Cobaye' se prononce /kobaye/ et non /kobée/
- 'Klaxon' finit comme 'Carcassonne' et non comme 'fellation'
- 'Wagon' se prononce /vagon/ et non /ouagon/
- Et puis un Wallon, c'est un /ouallon/ et non un /vallon/
- Et Waterloo se dit /ouaterlo/ et non /vaterlo/

Une pour les Français par contre...
- 'Bruxelles' se dit /brusèl/ et non /bruksèl/.
Image

Avatar du membre
Bobleranger
Croiseur Mon Calamari
Messages : 445
Enregistré le : 29 mai 2006 21:42

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Bobleranger » 11 janv. 2009 14:57

Règles Avancées : Les pièges grammaticaux

a) avant que / après que

- "avant que" est suivi du subjonctif.
- "après que" est suivi de l'indicatif.

Pourquoi ? Parce que le subjonctif contient une part d'incertitude, ce que ne contient pas l'indicatif.

Il faut le retrouver avant qu'il ne fasse une connerie : subjonctif, il n'a pas encore fait cette connerie, on peut peut-être l'en empêcher, il y a donc bien une notion d'incertitude.

On a fait la vaisselle après qu'ils soient partis est incorrect, le subjonctif ne peut pas être utilisé ici, après que demande l'indicatif puisqu'il n'y a pas cette notion d'incertitude : ils étaient partis quand on a fait la vaisselle, c'était certain.

b) C'est moi qui / c'est toi qui

Encore une erreur classique de discussions...
C'est toi qui est le plus lourd... FAUX !
C'est toi qui es le plus lourd... CORRECT !

La règle est simple :
- C'est moi qui = je
- C'est toi qui = tu
- C'est lui/elle qui = il/elle

C'est moi qui ai gagné (j'ai gagné)
C'est toi qui es la plus belle (tu es la plus belle)
C'est elle qui est la plus folle (elle est la plus folle)
C'est moi qui suis le plus intelligent (et non qui est)
C'est moi qui vais (et non va)
C'est moi qui essaye (et non essayes)
C'est moi qui dis (et non dit)
C'est toi qui as raison (et non a)
C'est toi qui peux (et non peut)

c) par + singulier ou pluriel ?

1. Par est suivi du singulier quand il indique vraiment une répartition, une distribution, c'est-à-dire quand on considère chacun à part :
- Prendre un médicament trois fois par jour. (chaque jour)
- Une production de 50 tonnes par hectare. (pour chaque hectare)
- Payer 50 € par personne.

2. Le pluriel est préférable et plus courant si l'on considère non plus chaque élément, mais certains d'entre eux :
- Par endroits, par places, la neige a fondu. (à certains endroits)
- Par moments, on ne comprend plus. (à certains moments.)

d) Sans + singulier ou pluriel ?

Sans peut, selon le sens, être suivi du singulier ou du pluriel.

1. On écrira toujours au singulier les noms dits abstraits :
==> Être sans pitié.
==> Cela se comprend sans peine.

2. Le contexte a son importance :
==> Un orateur est sans passion quand il n'est pas animé par la passion.
==> Cet homme est sans passions s'il ignore les passions.

3. On opposera
==> un couteau sans manche (qui devrait en avoir un, mais un seul)
==> un gilet sans manches. (qui en aurait deux, s'il en avait)
On dira donc : Il est sorti sans chapeau ni chaussures.

4. Dans de nombreux cas, cependant, la nuance de sens est si mince que l'on trouvera aussi bien le singulier que le pluriel :
==> C'est un acteur sans défaut ou sans défauts.
==> Cet homme est mort sans enfant, sans héritier, ou sans enfants, sans héritiers.

Pourtant, dès lors que ce dont on parle peut suggérer l'idée de pluralité, c'est le pluriel qui est le plus fréquent :
==> Un devoir sans fautes, en jugeant qu'un tel devoir aurait d'ordinaire comporté plusieurs fautes, plutôt qu'un devoir sans faute, sauf si l'on veut insister sur le caractère exceptionnel de la chose, comme on dirait : sans aucune faute, sans la moindre faute.

e) La "double question"

Elle est partie... => Pourquoi est-elle partie. OK

Mais quand on a une subordonnée, il ne faut plus faire l'inversion du verbe et du sujet :
On ne dit pas "Je me demande pourquoi est-elle partie" mais "Je me demande pourquoi elle est partie".
On ne dit pas "Notre émission de ce soir vous expliquera comment a-t-il pu s'échapper" mais "Notre émission de ce soir vous expliquera comment il a pu s'échapper".
On ne dit pas "J'aimerais savoir combien a-t-il gagné au poker" mais "J'aimerais savoir combien il a gagné au poker".

f) Quiconque

- Quiconque occupe toujours la fonction de sujet dans la proposition relative qu'il introduit. Il est donc inutile de le reprendre par le pronom sujet qui.
=> Nous enverrons la documentation à quiconque nous en aura fait la demande.
(et non à quiconque qui nous en aura fait la demande).

- Lorsque la relative introduite par quiconque est elle-même sujet, il est inutile de reprendre ce sujet par le pronom sujet il.
=> Quiconque en aura fait la demande recevra une documentation (et non Quiconque en aura fait la demande, il recevra).

g) [mots en -ant] Participe présent / Adjectif verbal

- Le participe présent est une forme de la conjugaison du verbe. Il est invariable.
On reconnaît le participe présent au fait qu'il exprime une action et se comporte comme un verbe : il peut recevoir des compléments, et notamment des compléments d'objet. Il peut être complété par un adverbe. Dans ce cas, l'adverbe suit le participe présent.
=> Ils vécurent à Paris les 3 premières années suivant leur mariage.
=> Vous cocherez d'une croix la case correspondant précisément à votre choix.

- L'adjectif verbal est un adjectif formé sur le participe présent d'un verbe. Il se comporte comme un adjectif et s'accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte.
On reconnaît l'adjectif verbal au fait qu'il exprime une qualité. Il peut avoir pour complément un adverbe qui le précède.
=> Mettez la réponse correcte dans la case correspondante.
=> Elle apparut plus resplendissante encore.
Truc : Contrairement au participe présent, l'adjectif verbal peut toujours être remplacé par un autre adjectif

h) Orthographe des adjectifs verbaux

Les adjectifs verbaux sont des adjectifs formés sur le participe présent d'un verbe. L'adjectif verbal s'écrit donc comme le participe présent.
=> Un shampooing démêlant efficacement les cheveux (participe présent).
=> Un shampooing démêlant (adjectif verbal).
Cependant, dans certains cas, l'orthographe distinguent ces deux formes

- 1 - Les adjectifs verbaux des verbes en -guer
Pour les verbes en -guer, le participe présent s'écrit -guant, l'adjectif verbal s'écrit -gant.
=> Le personnel navigant de la compagnie aérienne a déposé un préavis de grève. (il s'agit ici de l'adjectif, on pourrait remplacer navigant par un autre adjectif : salarié, aérien?).
=> On apercevait au loin le bateau naviguant en pleine mer. (il s'agit ici du participe présent : on ne peut pas remplacer naviguant par un adjectif, seulement par un verbe : voguant, flottant?).

- 2 - Les adjectifs verbaux des verbes en -quer
Pour les verbes en -quer, le participe présent s'écrit -quant, mais certains adjectifs verbaux s'écrivent -cant.
=> Personne n'apprécie son attitude provocante. (il s'agit de l'adjectif : il s'accorde et on peut le remplacer par un autre adjectif : agressive, violente?).
=> Toute attitude provoquant des troubles sera gravement punie. (il s'agit du participe présent : il ne s'accorde pas et on ne peut pas le remplacer par un autre adjectif).
- LE TRUC - On écrit l'adjectif -cant s'il existe un nom en -cation.
- Une attitude choquante. (il n'y a pas de nom "chocation").
- Une attitude provocante. (le nom "provocation" existe).

- 3 - Les adjectifs verbaux en -ent
Certains adjectifs verbaux s'écrivent -ent et non -ant.
=> Reportez-vous à la page précédente. (il s'agit de l'adjectif : il est accordé et il pourrait être remplacé par un autre adjectif : antérieure).
=> L'année précédant leur mariage, ils habitaient au Maroc. (il s'agit du participe présent : il ne s'accorde pas et on ne peut pas le remplacer par un autre adjectif : antérieur).

Dans cette 3e catégorie, les adjectifs verbaux qui se distinguent des participes présents sont :
- LA LISTE -
adhérent, affluent, coïncident, convergent, déférent, détergent, différent, divergent, émergent, équivalent, excellent, expédient, influent, négligent, précédent, résident, somnolent, violent.

i) Y

1. Le pronom 'y' est le plus souvent l'équivalent d'un complément introduit par la préposition 'à'.
=> Il est passé à la poste..... Il y est passé.
=> L'entreprise gagnerait à déployer ses activités..... L'entreprise y gagnerait.

1b. 'Y' peut également représenter un complément de lieu introduit par une autre préposition.
=> Il est allé chez le médecin..... Il y est allé.

2. Place du pronom : 'Y' vient toujours après les autres pronoms compléments.
=> Il les y conduira.
=> Elle préfère ne pas s'y fier.
=> Nous ne nous y attarderons pas.

2b. Même à l'impératif, cet ordre est respecté.
=> Conduisez-les-y. (et non conduisez-y-les).
=> Attardons-nous-y un instant. (et non attardons-y-nous).

2c. Les pronoms des premières personnes du singulier (me, te) s'élident devant y.
=> Fie-t'y (et non fie-toi-z-y).

3. 'Où' et 'y'
Le pronom relatif 'où' représente également un complément introduit par 'à'. On évitera donc les redondances avec 'où' et 'y' quand ils représentent le même terme.
=> C'est la ville où ils ont habité pendant plusieurs années (et non 'où ils y ont habité').

j) laisser, faire + infinitif

Depuis 1990, le verbe "laisser" obéit donc à la même règle que le verbe "faire".

Le participe passé de laisser suivi d’un infinitif est rendu invariable : il joue en effet devant l’infinitif un rôle d’auxiliaire analogue à celui de faire, qui est toujours invariable dans ce cas (avec l’auxiliaire avoir comme en emploi pronominal).
Le participe passé de laisser suivi d’un infinitif est donc invariable dans tous les cas, même quand il est employé avec l’auxiliaire avoir et même quand l’objet est placé avant le verbe.

=> Elle s’est laissé mourir (elle s’est fait maigrir);
=> Elle s’est laissé séduire (elle s’est fait féliciter);
=> Je les ai laissé partir (je les ai fait partir);
=> La maison qu’elle a laissé saccager (la maison qu’elle a fait repeindre).

k) N'avoir d'égal que

Dans l'expression "n'avoir d'égal que", égal se rapporte au sujet, sauf au masculin pluriel ; dans ce cas, il est invariable (parce que "n'ont d'égaux" ce serait vraiment ridicule).

=> Son charme n'a d'égal que sa beauté.
=> Son arrogance n'a d'égale que son orgueil.
=> Ses incertitudes n'ont d'égales que son indécision.
=> Ses mensonges n'ont d'égal que son hypocrisie.

l) avoir l'air fou / l'air folle

Quand avoir l'air signifie "sembler, paraître", il y a accord avec le sujet.
=> Les stagiaires ont eu l'air ravis de recevoir ce document.

Quand avoir l'air signifie "avoir la mine, l'apparence", il y a accord avec "air".
=> Les stagiaires avaient l'air ravi de ceux qui ont réussi.
(= ils ont le même air ravi que ceux qui ont réussi.)

m) Un verbe difficile : moudre

Je ne vais évidemment pas faire une leçon par verbe, mais celui-ci est régulièrement massacré, alors on y va...

=> Indicatif présent :
- je mouds
- tu mouds
- il moud (pas de 't' !)
- nous moulons
- vous moulez
- ils moulent
=> Indicatif imparfait
- Je moulais
- Nous moulions
=> Indicatif passé simple
- Je moulus
- Nous moulûmes
=> Indicatif futur simple
- Je moudrai
- Nous moudrons
=> Subjonctif présent
- Que je moule
- Que nous moulions
=> Conditionnel présent
- Je moudrais
- Nous moudrions
=> Impératif présent
- Mouds !

On constate de nombreuses similitudes avec le verbe mouler, ce qui peut parfois induire en erreur.



Règles Avancées : Les nombres

a) Plus d'un, moins de deux

On dit 'Plus d'un est venu' (alors que plus d'un ça fait au moins deux)
'Moins de deux sont venus' (alors que moins de deux, ça ne peut pas faire plus d'un)

b) Singulier ou pluriel ?

Quand le nombre est inférieur à deux, on est toujours au singulier.

1 million
1,5 million
1,9999 million
2 millions
Le couple français a en moyenne 1,7 enfant

c) deuxième / second

Contrairement à ce que prétendent certaines personnes, il n'y a pas de différence entre deuxième et second, on peut les utiliser indifféremment.
La règle qui veut qu'on n'utilise second que s'il n'y a pas de troisième (donc dans une liste de deux éléments, pas un de plus) est totalement fausse !

d) Des chiffres et des lettres

Comment écrire les nombres en lettres ?
Pas toujours facile...

1a. La règle traditionnelle est relativement simple. On utilise des traits d'union pour écrire les nombres composés plus petits que cent sauf autour du mot et (qui remplace alors le trait d'union). Partout ailleurs, il n'y a que des espaces.
=> dix-sept (17)
=> vingt et un (21)
=> trente-deux mille cinq cent soixante et onze (32 571).

1b. Avec les recommandations orthographiques de 1990, c'est encore plus facile. On met des traits d'union partout dans les numéraux, sauf autour des noms tels que million ou milliard.
=> trente-deux-mille-cinq-cent-soixante-et-onze (32 571)
=> trente-deux millions cinq-cent-soixante-et-onze-mille (32 571 000).
Rappelons à toutes fins utiles qu'il ne s'agit que de recommandations et qu'elles ne sont nullement obligatoires.

2. Mille ne prend jamais 's'

3. Accord de cents et quatre-vingts.
Le mot cent est invariable sauf quand il est précédé d'un nombre qui le multiplie et n'est pas suivi par un autre nombre cardinal.
=> deux cents (200)
=> onze cents (1100)
=> mille cent (1100) mais c'est 1000+100, pas de multiplication)
=> deux cent six (206)
=> six cent mille (600 000)
En revanche, on écrit
=> deux cents millions (200 000 000)
=> deux cents milliards (200 000 000 000)
car million et milliard sont des noms et pas des adjectifs cardinaux.

Le mot vingt dans quatre-vingts (80) suit exactement la même règle que le mot cent.
=> quatre-vingt-un (81)
=> quatre-vingt mille (80 000)
=> quatre-vingts millions (80 000 000).

4. Si la plupart des dizaines se terminent par 'ante' (quarante, cinquante, soixante, septante, huitante, octante, nonante), 30 s'écrit trente (avec 'e')

e) Demi / Demie

- Adjectif singulier, sans pluriel. Il s'accorde en genre avec le substantif qui le précède:
=> six heures et demie.
=> midi et demi.

Il est invariable :
- quand il est placé immédiatement avant le substantif auquel il est alors réuni par un trait d'union.
=> une demi-heure.
- dans la locution adverbiale à demi (sans trait d'union).
=> faire les choses à demi...

Remarque
- Demi peut être employé comme substantif.
=> sonner les quarts et les demies.
=> deux demis font un entier.

f) Euro / centime

1. Euro prend 's' au pluriel, il n'est pas invariable.
- 1 euro, 10 euros

2. Euro ne prend de majuscule qu'en début de phrase, comme tout autre nom commun.

3. Un centième d'euro s'appelle 'centime', pas 'cent'

4. Arrêtez de dire vingt zeuros ou cent zeuros !
Vingt et cent finissent par 't'
Dites donc vingt teuros ou cent teuros.
Image

Avatar du membre
Bobleranger
Croiseur Mon Calamari
Messages : 445
Enregistré le : 29 mai 2006 21:42

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Bobleranger » 11 janv. 2009 14:58

Règles Avancées : Ne confondons toujours pas...

1) À l'instar de / À l'insu de / À l'issue de

- À l'instar de signifie "comme".
=> Leur société a développé ce nouveau produit à l'instar de ses concurrents.

- À l'insu de signifie "sans que cela soit su".
=> Ne prenez aucune décision à l'insu du responsable.

- À l'issue de signifie "à la fin de".
=> Une décision devra être prise à l'issue de la réunion.

2) Affaire / à faire

Il n'est pas toujours facile de trouver le bon.

- à faire
=> J'ai du travail à faire.
=> Il aura fort à faire pour rattraper son retard.

- affaire
=> Si tu t'attaques à elle, tu auras affaire à forte partie.
=> Continue comme ça et tu vas avoir affaire à moi !

3) Affleurer / Effleurer

- Affleurer signifie "sortir de la surface de l'eau, du sol..." Il s'emploie sans complément d'objet.
=> On voyait au loin les icebergs affleurer.

- Effleurer signifie "toucher à peine". Il s'emploie toujours avec un complément d'objet direct.
=> Elle sentit soudain une main effleurer son bras.
- Effleurer s'emploie également dans un contexte abstrait pour signifier "aborder, envisager superficiellement".
=> La question fut juste effleurée au cours de la réunion.
=> Cela ne m'a pas effleuré l'esprit.

4) Affliger / Infliger

- Affliger signifie "causer une douleur, notamment une douleur morale".
=> Son triste sort nous afflige.
=> Une telle conduite ne peut qu'affliger son entourage.

- Infliger signifie "faire subir un châtiment à quelqu'un".
=> On le soupçonnait d'infliger de mauvais traitements à ses enfants.

5) Agonir / Agoniser

- Agonir quelqu'un c'est l'injurier. Agonir se construit toujours avec un complément qui désigne la personne qui se fait injurier.
=> Le chauffard a agoni d'injures le pauvre piéton.

- Agoniser signifie "être à l'agonie, s'éteindre". Il s'emploie à propos d'une personne proche de la mort.
=> Elle l'imaginait agonisant dans sa voiture accidentée.
- Agoniser s'emploie également au sens figuré dans le sens de "décliner, s'effondrer".
=> L'empire industriel du grand-père agonisait lentement.

6) Aller / Être

Aux temps composés, on remplace souvent le verbe aller par le verbe être.
=> Geneviève est allée le voir
=> Geneviève a été le voir.

Il est préférable d'utiliser la formule "je suis allé" quand il s'agit du verbe pris au sens premier, c'est-à-dire quand il y a idée de mouvement.
=> Je suis allé à Paris (plutôt que j'ai été à Paris).
=> Je suis allé voir ce film (plutôt que j'ai été voir ce film).

Quand aller est pris au sens figuré, le remplacement par être semble s'imposer.
=> Ça va bien aujourd'hui, mais ç'a déjà été mieux. (on ne dirait guère c'est allé déjà mieux).

7) Apporter / Amener

- Apporter s'utilise avec les choses qu'on peut porter, transporter, ce qui peut tenir dans la main.
=> N'oublie pas d'apporter une bonne bouteille.

- Amener s'utilise avec les personnes, les animaux et les véhicules.
=> N'oublie pas d'amener ta soeur

8) Attention / intention

Attention : soin
- Action de concentrer son esprit sur un objet, sur un fait.
=> L’attention des petites stagiaires était maintenue durant toute la session.
=> J’attire votre attention sur ce point.
- Prévenance, soins attentifs envers autrui.
=> Elle a toujours fait preuve d’une grande attention à mon égard.
- On trouve attention dans plusieurs locutions :
=> Faire attention à : prendre garde de.
=> Avec attention : avec concentration, avec application.
=> À l’attention de : formule en haut d’une lettre ou sur une enveloppe pour en désigner le destinataire.

Intention : but
- Intention s’emploie au sens général de "acte de la volonté par lequel on se fixe un but" : préméditation, but, dessein, arrière-pensée, volonté, objectif, etc.
=> Avoir de bonnes, de mauvaises intentions.
=> Il nous expose ses intentions dans le document qu’il vous a remis.
- On trouve intention dans plusieurs locutions :
=> Avoir l’intention de : avoir le projet de.
=> Dans l’intention de : en vue de.
=> À l’intention de..., à son intention : pour.
=> Le directeur a prononcé un discours à l’intention des nouveaux arrivés.

L’usage veut que l’on emploie "à l’attention de" pour le destinataire d’une lettre, d’un document. Mais "à l’intention de" pourrait également convenir puisque la locution signifie "pour".

9) Balade / Ballade

- Une balade : une promenade.
=> Il fait beau, on va faire une petite balade ?

- Une ballade : c'est un poème (les ballades de Villon), c'est aussi la forme musicale qui les illustre (les ballades de Chopin).
=> Il m'a écrit une ballade, quel garçon romantique maman !

10) Bimensuel / bimestriel

- Bimensuel signifie deux fois par mois.
- Bimestriel signifie tous les deux mois.
- Quinzomadaire n'existe pas !

Histoire d'être complet :
- quotidien : tous les jours.
- hebdomadaire : toutes les semaines.
- mensuel : tous les mois.
- trimestriel : tous les 3 mois.
- semestriel : tous les 6 mois.
- annuel : chaque année.

11) Bribes / Bride

- Bribes signifie "fragments, petits morceaux".
=> Il n'avait entendu que quelques bribes de la conversation.
=> Heureusement, il lui restait des bribes d'anglais.

- La bride est la pièce de harnais qui sert à diriger le cheval.
=> Le cavalier marchait à côté de son cheval en le tenant par la bride.
- Bride entre dans de nombreuses expressions notamment pour évoquer de plus ou moins grandes entraves à la liberté.
=> Tenir en bride : refréner, maintenir.
=> Lâcher la bride à quelqu'un : lui laisser plus de liberté.
=> Avoir la bride sur le cou : rester libre d'agir.
=> À bride abattue : sans aucune retenue, très vite.

12) ça / çà

- ça est l'abréviation de cela :
=> As-tu vu ça ?
=> Comment ça va ?
=> Est-ce que ça t'arrive souvent ?

- çà est un adverbe de lieu :
=> çà et là
ou une interjection :
=> ah çà !
=> çà alors...

13) Ça / Cela

Ça peut remplacer cela dans tous ses emplois, mais il est moins soutenu.
=> Ça ne se fait pas (ou mieux : cela ne se fait pas).

Il est plus difficile de remplacer 'ça' dans l'expression "Ça va ?"

14) Ceci / Cela

'Ceci' et 'cela' ne s'emploient pas indifféremment.
- ceci fait référence à ce qui va suivre,
- cela fait référence à ce qui précède.

On dira donc :
- "Je vais te dire ceci" et non "Je vais te dire cela"

On dira par contre :
- "Cela dit" et non "Ceci dit"

15) censé / sensé

Deux homonymes souvent confondus.

1. sensé : qui a du sens.
=> Ce qu'il dit est sensé (n'est pas dénué de sens)
=> Ce que tu racontes est insensé.

2. censé : supposé
=> Tu n'étais pas censé travailler ?
=> Mon disque dur est censé arriver demain.

Donc, si on se dit de quelqu'un qu'il devrait normalement être intelligent, on dira
=> Il est censé être sensé.

16) chair, chaire, cher, chère

- La chair : la substance molle.
=> La chair de l'homme, la chair d'une poire.
=> avoir la chair de poule
=> en chair et en os
=> les plaisirs de la chair
=> être bien en chair

- La chaire : siège, tribune, poste.
=> L'église du village avec sa chaire en bois sculpté.
=> Ce grand professeur est titulaire de la chaire de droit.

- La chère : nourriture.
=> Faire bonne chère.

- cher / chère : adjectif : qui est aimé ou qui est coûteux.
=> C'est une amie très chère.
=> Ces investissements ne m'ont pas coûté très cher.

17) coasser / croasser

- La grenouille coasse.
- Le corbeau croasse.

(Cf. les annexes pour une liste très fournie des cris d'animaux.)

18) Collision / Collusion

- La collision, c'est le choc provoqué par deux corps qui se rencontrent.
=> Le train est entré en collision avec la voiture.

- Une collusion, c'est le fait de s'entendre secrètement dans le but de nuire à quelqu'un.
=> Nous dénoncerons cette collusion.

19) Compréhensible / Compréhensif

- Compréhensible signifie "qui peut être compris facilement".
=> Quand on connaît son passé, sa réaction est tout à fait compréhensible.

- Compréhensif signifie "qui peut facilement comprendre". Il s'emploie à propos de personnes.
=> Elle s'est toujours montrée compréhensive à son égard.

20) Conjecture / Conjoncture

- Conjecture signifie "opinion fondée sur des apparences".
=> C'est une simple conjecture sur laquelle on ne peut s'appuyer sérieusement.

- Conjoncture signifie "situation résultant d'un concours de circonstance" et plus largement "situation à un certain moment".
=> La conjoncture actuelle ne nous permet pas d'espérer de meilleurs résultats.

21) Consommer / Consumer

- Consommer quelque chose c'est en faire usage jusqu'à sa disparition complète. Consommer s'emploie plus particulièrement à propos de denrées alimentaires et de sources d'énergie.
=> Consommer du pain, de la viande...
=> Un moteur qui consomme peu d'essence.

- Consumer signifie "détruire entièrement par le feu". Consumer est plus fréquent au participe passé ou en tournure pronominale.
=> La cigarette, entièrement consumée, pendait à ses lèvres.
=> La mèche se consume peu à peu.

22) Conte / Compte / Comte

- Le conte = l'histoire, le récit
=> Il lui a raconté un conte pour l'endormir.

- Le compte = le calcul, le compte en banque
=> Mon compte est en négatif, je suis ruiné.
=> Faire les comptes.

- Le comte = le titre de noblesse
=> Monsieur le Comte et madame la Comtesse ont-ils fait bon voyage ?

23) Cour / Court / Cours / Courre

- Cour : la surface carrelée à l'extérieur d'une maison
=> Il construit un muret pour séparer la cour du jardin.
=> Côté cour, côté jardin.

- Court : 'terrain de tennis', ou le contraire de 'long'. Mais aussi courir à la 3è personne du singulier de l'indicatif présent.
=> La finale aura lieu sur le court central.
=> Quoi, tu as déjà fini ? 30 secondes, c'est un peu court !
=> Ce type court aussi vite qu'un lièvre.

- Cours : le cours donné par un prof, un cours d'eau ou courir à la 2è personne du singulier de l'indicatif présent.
=> Enfin un prof qui donne un cours intéressant !
=> Il a traversé le cours d'eau à la nage
=> Tu cours aussi vite qu'un escargot !
=> La vie suit son cours...

- Courre : la chasse à courre
=> Quelle barbarie cette chasse à courre !

24) De par / De part

- "De part" se retrouve dans l'expression "De part et d'autre", autrement dit "des deux côtés".
=> Bush a ses détracteurs de part et d'autre de l'Atlantique.
=> Hommes, femmes... Il y a des obsédés de part et d'autre.

- "De par" est synonyme de "par", "vu", "à cause de". Dans ce cas, "par" ne prend pas de 't' !
=> La Belgique, de par sa situation géographique, est la capitale de l'Europe.
=> Le cancer du sein chez la femme, de par sa fréquence, constitue un problème majeur de santé publique.

25) Décennie / Décade

- Décennie signifie une période de dix ans.
=> Dans la dernière décennie, l'université s'est fortement développée.

- Décade signifie une période de dix jours.
=> Dans le calendrier républicain de 1793, la décade avait remplacé la semaine.

Il faut se méfier des confusions amenées par le mot anglais "decade" qui signifie dix ans.

26) Décerner / Discerner

- Décerner signifie "accorder, donner à titre de récompense".
=> On lui décernera la médaille du travail.

- Discerner quelque chose, c'est le percevoir distinctement.
=> Bien qu'il fasse encore nuit, je discerne au loin la silhouette d'une grande bâtisse.
=> Comment discerner le vrai du faux dans toute cette affaire ?

27) défenseur / défendeur

- Le défendeur est la personne contre qui un procès est engagé par le demandeur, et qui va donc chercher à se défendre. On parle aussi de la partie défenderesse. L'usage de ce terme est extrêmement rare (au contraire de l'équivalent anglais "defendant"), et on lui préfera en général "accusé".

- Il ne faut pas confondre le défendeur et le défenseur , qui est un synonyme d'avocat.

En dehors du contexte juridique, on utilisera bien entendu défenseur
=> un preux chavelier défenseur de la veuve et de l'orphelin.
=> Les défenseurs des droits de l'homme.

28) Dénudé / Dénué

- Dénudé signifie "qui a été mis à nu, dépouillé". Il s'emploie à propos de noms concrets.
=> Des épaules dénudées.
=> L'ampoule pendait au bout d'un fil de cuivre dénudé.

- Dénué signifie "qui manque de, qui est dépourvu de". Cet adjectif ne peut s'employer seul : il est toujours suivi d'un complément introduit par de.
=> Je vous déconseille ce film dénué de tout intérêt.
=> La jeune fille n'était pas dénuée de charme.

29) Désintéressement / Désintérêt

- Le désintéressement, c'est l'attitude d'une personne qui se détache de ses propres intérêts et qui agit pour le bien d'autrui.
=> Désintéressement et générosité vont de pair.
=> Tous appréciaient chez lui son entier désintéressement.

- Le désintérêt, c'est l'attitude d'une personne qui a perdu de l'intérêt pour quelque chose.
=> Nous ne nous expliquons pas son désintérêt pour toutes ces questions.

30) Différencier / Différer

- Différencier signifie "établir une différence, faire apparaître une différence".
=> C'est ce qui différencie la question A de la question B.

- Quand il est construit avec un complément d'objet direct, différer, signifie "remettre à plus tard".
=> Les avocats ont réussi à différer le jugement pour avoir un délai supplémentaire de réflexion.
Quand il est construit avec un complément d'objet indirect, introduit par de, différer signifie "être différent de".
=> Mon opinion diffère de la sienne.

31) Différent / Différend

Ces deux termes sont différents

- Différend : n.m. : conflit, divergence d'opinion, désaccord entre deux personnes.
=> J'ai un sérieux différend à résoudre avec mon assureur.

- Différent : adj. : qui diffère, qui n'est pas le même, pas identique.
=> En quoi l'homme est-il différent du singe ?


32) Dissolu / dissous

- Dissolu : débauché
Dissolu est un adjectif qui signifie "propre aux personnes qui vivent dans la débauche" ou "qui mène une vie de débauché".
=> Cette fille a vraiment des mœurs dissolues. Qu'est-ce que je l'aime !
=> La comtesse de Rothschild a une vie dissolue.

- Dissous (et non dissout) : disparu
Dissous est le participe passé du verbe dissoudre. Il s’emploie souvent comme adjectif.
=> On procéda au renouvellement de l’assemblée dissoute par Jacques.
=> L’arôme dissous dans le lait parfume légèrement la boisson.

Attention : dissous donne dissoute au féminin.
=> Le sucre dissous dans l'eau est invisible.
=> L'aspirine dissoute dans l'eau lui confère un goût infect.

33) Drastique / Draconien

On les voit parfois utilisés l'un pour l'autre. Ils sont pourtant bien différents.

- Le mot drastique est un adjectif qui qualifie des purgatifs et des remèdes énergiques.
=> Le médecin a administré au malade un remède drastique.

- Le mot draconien est un adjectif qui provient du nom propre Dracon et qui signifie une excessive sévérité. Il a pour synonyme « vigoureux, radical ».
=> L'administration a dû adopter des mesures draconiennes pour résoudre ses problèmes.

Il faut faire attention aux confusions introduites par le mot anglais "drastic".
Certes, certains dictionnaires acceptent drastique au sens de draconien, mais cet emploi est encore très critiqué.

34) Effraction / Infraction

- Une effraction, c'est le fait de détruire un système de fermeture, de clôture afin de pénétrer dans un lieu.
=> Aucune effraction n'ayant été constatée, l'assurance a refusé d'indemniser la victime.
=> Vol avec effraction.

- Une infraction, c'est le fait de manquer à un règlement, à une loi.
=> Toute infraction au règlement sera sévèrement punie.
=> Être en infraction.

35) Elucider / Eluder

- Élucider signifie "rendre clair ce qui est énigmatique, ce qui présente des difficultés".
=> Tous ces indices avaient permis d'élucider le mystère.

- Éluder signifie "éviter avec adresse pour se soustraire à".
=> Il a toujours fait preuve d'habileté pour éluder les questions compromettantes.

36) Emigré / Immigré

- Un émigré est une personne qui sort de son pays, qui le quitte pour vivre dans un autre pays.
=> Les émigrés avaient embarqué clandestinement au port de leur ville.

- Un immigré est une personne qui est accueillie (façon de parler) par un pays qui n'est pas son pays d'origine et où elle compte s'installer.
=> La naturalisation est accordée aux immigrés sous certaines conditions.

37) Eminent / Imminent

- Éminent signifie "qui se distingue par sa supériorité". Il peut avoir pour synonymes remarquable, extraordinaire, supérieur, exceptionnel...
=> Il avait soumis son projet à différents hommes politiques et autres éminentes personnalités.

- Imminent signifie "qui va se produire très prochainement". Il ne s'emploie qu'à propos de noms d'action et ne qualifie donc jamais une personne.
=> Nous attendons une réponse imminente.

38) Empire / Emprise

- Bien que empire et emprise aient tous les deux plusieurs sens distincts, ils sont synonymes quand ils signifient "influence intellectuelle ou morale, ascendant".
=> Quelle est la véritable emprise des médias sur l'opinion des jeunes ?
=> Ces doctrines avaient pris à l'époque beaucoup d'empire sur les jeunes.

39) Enduire / Induire

- Enduire une surface, c'est la recouvrir d'une matière plus ou moins liquide.
=> Enduire un mur de peinture.
=> Enduire le papier de colle.

- Induire une personne en erreur, c'est l'amener à se tromper.
=> C'est cet indice qui nous a induits en erreur.

40) Entretemps / Entre-temps

- Entre-temps = dans cet intervalle de temps.
=> Entre-temps, le voleur a pris la poudre d'escampette.

- Entre-temps ou entretemps = intervalle de temps entre deux actions, deux faits
=> Dans l'entretemps, il avait fait 3 mois de prison.

Comme dans le second cas les deux orthographes sont admises, on en déduira qu'on est sûr de ne pas faire de faute en écrivant systématiquement "entre-temps".

41) Eruption / Irruption

- Une éruption est l'apparition soudaine de quelque chose.
=> La varicelle se caractérise par l'éruption de boutons rouges.
=> L'éruption du volcan a fait plus de mille victimes.

- Une irruption, c'est une entrée brusque et soudaine dans un lieu.
=> Il fit irruption au moment où personne ne s'y attendait.

42) Envi / envie

- Envie : souhait, désir... voire jalousie.
=> Il vaut mieux faire envie que pitié.
=> Pas ce soir, je n'ai pas envie...
=> Je ne résiste que difficilement à l'envie de chocolat.

- Envi : uniquement dans l'expression "à l'envi" : à qui mieux mieux, à qui veut l'entendre.
=> Il répète à l'envi qu'il est un coup extraordinaire.

43) Esquisser / Esquiver

- Esquisser quelque chose, c'est le représenter de façon sommaire, sans entrer dans le détail.
=> L'artiste esquissa le portrait de la vedette.
- Esquisser s'emploie également au sens figuré à propos de gestes.
=> Il esquissa un geste pour signaler son refus.

- Esquiver signifie "éviter adroitement".
=> Son agilité lui permettait d'esquiver tous les coups de son adversaire.
- On emploie également le verbe pronominal s'esquiver qui signifie "partir sans le faire savoir".
=> Il s'esquiva à la fin du repas.

44) Evoquer / Invoquer

- Évoquer signifie "rappeler (un fait passé)" ou "faire allusion à".
=> Nous avons déjà évoqué ce problème lors de notre dernière réunion.

- Invoquer signifie "appeler (une divinité, un saint) à son aide".
=> Tante Berthe invoquait les saints pour les événements importants de sa vie.
- Invoquer s'emploie également dans un domaine plus large au sens de "en appeler à, recourir à, prétexter".
=> Il a invoqué l'heure tardive pour lever la séance.

45) flan / flanc

- Le flan est une préparation culinaire.
- Le flanc est synonyme de côté.

=> Un flan aux pruneaux.
=> Prêter flanc à la critique.
=> Débordement sur le flanc, accélération, et but !!!

46) Fois / Foi / Foie / Foix

- Fois : multiplication, occurrence
=> Trois fois cinq font quinze
=> Il était une fois 3 petites cochonnes
=> Cette fois c'est la bonne.

- Foi : croyance
=> Dieu m'a donné la foi.
=> J'ai foi en toi, tu vas réussir.
=> Vous avez ma foi raison.

- Foie : organe
=> J'ai une crise de foie, j'ai mangé trop de chocolat.
=> Le boxeur s'est écroulé après avoir reçu un coup au foie.

- Foix : la ville
=> J'habite Foix.

47) Français / français

- L'habitant : Français avec majuscule.
=> Chauvin comme un Français.
- L'adjectif : français avec minuscule
=> le concorde était un avion français.
- La langue : français avec minuscule
=> Il parle très mal français.

Idem pour toutes les langues bien entendu...

48) Infecter / Infester

- Infecter signifie "contaminer, corrompre".
=> Des microbes ont infecté la plaie.
- Infecter est surtout courant comme verbe pronominal ou au participe passé.
=> La plaie s'est rapidement infectée.
=> Une plaie infectée.

- Infester signifie "envahir en grand nombre". Il s'emploie surtout à propos d'animaux et de plantes.
=> Les moustiques infestent la Camargue.

49) Méritant / Méritoire

Méritant et méritoire sont deux adjectifs qui ont le même sens "qui a du mérite, qui est digne d'éloges".
Mais le premier ne qualifie que des noms animés (noms de personnes) et le second que des noms inanimés (actes, ouvrages).
==> Les élèves les plus méritants ont reçu les félicitations du conseil de classe.
==> Les professeurs doivent encourager ces efforts méritoires.

50) non / non-

Le préfixe non-, étant toujours suivi d'un nom, doit être relié à ce nom par un trait d'union :
La non-violence
La non-intervention
La non-belligérance
La non-agression
Le non-alignement
La non-assistance
Le non-combattant
La non-contradiction
La non-satisfaction
Les non-fumeurs

En revanche, il ne faut pas le confondre avec l'adverbe non, qui peut être remplacé par "pas", et qui précède toujours un adjectif. Dans ce cas, on ne doit pas employer de trait d'union entre non et l'adjectif.
Une phrase non achevée.
Une expérience non vécue.
Un personnage non négligeable.

51) notre / nôtre

- Notre sans accent est un adjectif possessif (donc suivi d'un substantif) :
Notre maison est belle, tu veux voir notre chien ?
- Nôtre avec accent est un pronom possessif :
Le nôtre est plus beau, essaye le nôtre

Idem pour votre / vôtre.

52) Numérique / digital

L'anglais employant 'digit' pour 'chiffre' a logiquement formé 'digital'.
Mais, en français, 'numérique' est préférable.
=> On m'a volé mon appareil photo numérique.
=> J'ai raccordé mon DVD à mon ampli par une connexion numérique.

On préfèrera également 'numériser' à 'digitaliser'.
=> J'ai passé deux heures à numériser ce document.
=> J'ai enfin numérisé les diapositives de nos dernières vacances.

'Digital' a en français un sens beaucoup plus proche de 'doigt'.
=> Le policier a pris mes empreintes digitales.

53) On / L'on

On trouve parfois le pronom on précédé de l'article élidé l'.

1. Pour éviter deux voyelles orales :
- L'article l' sert à éviter le rapprochement à l'oral de deux voyelles, plus particulièrement quand 'on' suit 'et', 'ou', 'où', 'pourquoi', 'qui', 'quoi', 'si'.
=> Si l'on tient compte de tous les avis, il est possible de satisfaire tout le monde.
=> C'est un endroit où l'on se sent très bien.

2. Pour éviter le son "con" :
- L'article se place devant 'on' si ce dernier suit 'que' et ses composés 'lorsque', 'puisque', 'quoique' pour éviter le son "con"
=> Quoi que l'on en dise, les résultats ne sont pas si mauvais. (mieux que quoi qu'on en dise).
=> Il est difficile de s'arrêter lorsque l'on a commencé jeune. (mieux que lorsqu'on a commencé).
- L'article est plus fréquent encore si le mot qui suit on commence lui-même par le son "con".
=> Puisque l'on compare deux situations différentes. (mieux que puisqu'on compare).
MAIS On n'emploiera pas l' si le mot qui suit commence par l.
=> Si on lit ce texte à voix haute... (et non si l'on lit ce texte...).

La présence de l'article l' devant on n'a rien d'obligatoire et elle est plus fréquente dans l'usage soutenu que dans le registre courant. Il s'agit d'une trace de l'ancien français

54) Le plus / La plus

- Devant les adverbes "plus" et "moins", suivis d'un adjectif, l'article le reste invariable quand on compare les différents degrés d'une qualité d'un même être ou d'un même objet :
=> C'est aujourd'hui qu'elle est le plus aimable
(si on compare son amabilité d'aujourd'hui à celle des autres jours).

- L'article, par contre, s'accorde lorsque l'on compare des êtres ou des objets distincts :
=> Aujourd'hui elle est la plus aimable.
(si on la compare aux autres personnes de son entourage).

55) Paraphrase / Périphrase

- Une paraphrase, c'est le fait de dire avec d'autres mots, d'autres termes ce qui est dit dans un texte, un paragraphe. Paraphrase a pour synonyme redite. Il a une valeur plutôt négative.
=> Vous n'avez pas fait un commentaire du texte, mais simplement une paraphrase.

- Une périphrase, c'est le fait d'exprimer par plusieurs mots ce qui pourrait être dit en un seul mot.
=> Dans un dictionnaire, les définitions des mots sont des périphrases.

56) Partial / Impartial / Partiel

- Partial signifie "qui se range du côté de quelqu'un ou de quelque chose, qui est injuste, subjectif". Il a pour contraire impartial qui signifie donc "qui est juste, objectif".
=> L'arbitre impartial était apprécié de tous les joueurs.
=> Ce jugement partial avait été remis en cause par l'accusé.

- Partiel signifie "qui ne constitue qu'une partie, qui n'est pas entier".
=> Des élections partielles auront lieu le week-end prochain.

57) Participer à / Participer de

- "Participer à" signifie "Prendre part à".
=> Le PSG a-t-il une chance de participer à la Ligue des clubs champions cette année ?
=> Tu as déjà participé à une partouze ?

- "Participer de" signifie "Faire partie de".
=> La laïcité participe des fondements de la République.

58) Perpétrer / Perpétuer

- Perpétrer signifie "commettre, exécuter (un acte criminel)".
=> Il fut condamné pour les crimes qu'il avait perpétrés

- Perpétuer signifie "faire durer très longtemps".
=> Depuis des siècles, on perpétue la coutume du "poisson d'avril" dans les pays d'Europe.

59) Personnaliser / Personnifier

- Personnaliser signifie "rendre personnel".
=> L'agence de voyages propose des circuits personnalisés.

- Personnifier signifie "donner les caractères humains à".
=> Marianne personnifie la République française.
- Personnifier signifie également "avoir en soi les caractères propres à".
=> Il vous dira toujours ce qu'il pense : il est la franchise personnifiée.

60) Plein de / Pleins de

- 'Plein de' dans le sens de 'beaucoup de' ne prend jamais 's' :
=> Plein de femmes sont folles de moi.
=> Il a fait plein d'erreurs.
=> J'ai perdu plein d'argent dans cette histoire.

- 'Plein de' dans le sens 'rempli de' s'accorde en genre et en nombre.
=> Ces exercices sont pleins d'erreurs.
=> Cette femme est pleine de fric.
=> Ces maisons sont pleines de vices de fabrication

- Plein de carburant n'a rien à voir
=> Il a fait le plein de carburant.
=> Il a fait deux pleins de carburant.

61) Plutôt / plus tôt

Encore deux homophones...

- Plutôt = de préférence. => Tu veux une prune ? Plutôt une fraise.
- Plus tôt = moins tard, avant, à l'avance. => Il est parti plus tôt que prévu.

62) Poil, poêle, poèle

poil (n.m.) : un poil dans la main, un poil de barbe
poêle (n.m.) : le poêle à charbon, à bois : pour se chauffer
poêle (n.f.) : la poêle à frire, la poêle à crêpes.

63) près de / prêt à

Encore une faute beaucoup trop fréquente...

- "Je suis près de finir mon travail" : Je suis sur le point de le finir. 'Près' exprime ici une proximité temporelle. près est un adverbe (donc invariable), il est toujours suivi de la préposition 'de'.
=> Tu n'es pas près d'emballer une gonzesse avec tes méthodes de drague.
=> Elle n'est pas près d'être riche avec ce qu'elle flambe !

- "Je suis prêt à finir mon travail" : Je suis disposé à le finir. prêt exprime une capacité, une condition propice ; c'est un adjectif, généralement utilisé comme attribut (donc il s'accorde en genre et en nombre), et il est toujours suivi de la préposition 'à'.
=> Je suis prêt à te donner une seconde chance.
=> Elle est prête à partir.

- "Elle n'est pas prête de finir son travail" est donc totalement incorrect !

64) Prodige / Prodigue

- Un prodige est un événement à caractère magique, miraculeux.
=> Il fait des prodiges avec trois fois rien.
- Prodige désigne notamment une personne particulièrement douée.
=> Mozart était un enfant prodige.

- Prodigue est un adjectif qui qualifie les personnes qui dépensent exagérément. Il s'emploie également au figuré dans le sens de "qui donne abondamment".
=> L'héritier prodigue a dilapidé la fortune de ses parents.
=> Lui, qui d'habitude ne manifeste jamais sa satisfaction, a été prodigue de compliments.

65) Prolongation / Prolongement

- La prolongation, c'est le fait de prolonger, de poursuivre dans le temps.
=> Il a obtenu la prolongation de son contrat pour une durée de six mois.

- Le prolongement, c'est le fait de prolonger, de rendre plus long, plus grand dans l'espace.
=> La municipalité a décidé le prolongement de la voie piétonne.

66) Public / Publique

- Public : substantif.
L'ensemble de la population, la masse des gens, la foule.
=> Interdit au public.
=> Tout à coup, le public s'est mis à lancer des tomates vers Lara Fabian.

- Public, publique : adjectif.
D'État, qui est sous contrôle de l'État, qui appartient à l'État, qui dépend de l'État, géré par l'État.
=> Un établissement public.
=> Une école publique.
=> Une fille publique.

67) Quelquefois / Quelques fois

Quelquefois : parfois, de temps en temps => Quelquefois, il pète un plomb !
Quelques fois : un certain nombre de fois => Je suis allé quelques fois au cinéma.

68) Quel que soit / Quelque ... soit

Quel que soit, quels que soient, quelle que soit et quelles que soient s'écrivent toujours en deux mots, jamais quelque ou quelques.
- Quel que soit est suivi d'un masculin singulier.
- Quels que soient est suivi d'un masculin pluriel.
- Quelle que soit est suivi d'un féminin singulier.
- Quelles que soient est suivi d'un féminin pluriel.
=> Il me faut cette voiture, quel que soit son prix.
=> Il doit être prêt le 15 juin, quels que soient les problèmes que vous rencontrerez.
=> Refuse, quelle que soit sa proposition !
=> Windows, c'est bien, quelles que soient les failles qu'on peut y trouver. :whistle:

On peut cependant avoir la forme suivante :
- Quelque bouffon qu'il soit, il connait son métier.
qui signifie
- Tout bouffon qu'il soit, il connait son métier.

Quelque doit alors s'écrire en un mot et non en deux !
Mais cette règle n'invalide pas la précédente puisque dans ce cas-ci, 'quelque' et 'soit' sont séparés par 'bouffon'.

Distinguons donc :
=> Quelque bouffon qu'il soit, il connait son métier
=> Quel que soit le bouffon qui se pointe, je le descends.

69) Quoique / quoi que

Quoique est une conjonction qui introduit une proposition subordonnée, qui s'écrit toujours en un seul mot. On peut remplacer "quoique" par "bien que" :
=> Il est encore très lucide quoiqu'il soit déjà très âgé.

Quoi que est une locution pronominale qui s'écrit toujours en deux mots et qui signifie "quelle que soit la chose que".
=> Quoi que je dise, personne ne veut m'écouter.

Attention donc :
=> Elle l'aimera toujours quoi qu'il fasse
=> Elle l'aimera toujours quoiqu'il l'ait trompée à plusieurs reprises.

70) Sigle / Acronyme

- Un sigle est un groupe de lettres initiales constituant l’abréviation de termes fréquemment employés.
=> SNCF, PSG, RER

- Un acronyme est un sigle prononçable comme un mot ordinaire.
=> UNICEF, OTAN, SIDA

71) Subvenir / Survenir

- Subvenir à signifie "fournir sous forme d'argent, de don en nature, ce qui est nécessaire à".
=> L'association aide les SDF à subvenir à leurs propres besoins.

- Survenir signifie "arriver à l'improviste, arriver brusquement".
=> La mort est survenue au moment où l'on s'y attendait le moins.

72) Tache / tâche

- Tache sans accent : tache sur un vêtement, tache d'encre...
- Tâche : une chose à faire (task en anglais).

73) Tante / Tente

- 'Tante' est la personne, la femme de l'oncle.
=> Mon oncle et ma tante divorcent.
- 'Tante' désigne aussi de manière péjorative un homosexuel.
=> Ce type est une vraie tante.

- 'Tente' est l'abri en toile.
=> Ma tante est partie en camping avec sa tente.
- 'Tente' est aussi la forme conjuguée du verbe tenter.
=> Il tente de réussir son examen mais il est nul en orthographe.

74) Temps / tant / t'en / tend / tends / taon

- Temps = la durée (heure, minute, seconde) ou le climat (beau temps...)
Je n'ai pas le temps, je dois partir.
Quel temps fait-il en France aujourd'hui ?
- Tant = autant, tellement
J'ai tant de travail que je partirai plus tard ce soir.
Je n'ai jamais vu tant de fautes que dans ce livre.
- T'en = contraction de 'te en'
T'en a-t-il parlé ?
T'en souviens-tu ?
Ne t'en fais pas.
- Tend = tendre, 3ème personne du singulier, indicatif présent.
Il tend l'oreille.
- Tends = tendre, 1ère et 2ème personnes du singulier, indicatif présent.
Je tends les bras
Tu tends le doigt
- Tends = également tendre, impératif
Tends l'oreille et tu entendras.
- Taon : la sale bête qui pique fort.
Tu as un taon sur le bras, il va te piquer.

75) Tenu / Ténu

- Tenu est le participe passé du verbe tenir. Il s'emploie comme adjectif dans plusieurs sens.
- Être tenu de signifie « être obligé de ».
=> Nous étions tenus de remettre notre rapport à la fin du mois.
- Bien / mal tenu s'emploie à propos de lieux, de dossiers... dont on s'occupe correctement ou non.
=> Elle veillait à ce que ses invités soient reçus dans une maison bien tenue.
- Une note tenue en musique est une note que l'on fait durer.

- Ténu est un adjectif qui signifie "très fin, très léger, à peine perceptible".
=> L'intimidation la faisait parler d'une voix ténue.

76) tort / tord

Je n'ai que trop souvent vu sur ce forum 'avoir tord'... Argh !

- Tort : inverse de raison. Avoir tort = se tromper. Signifie également "préjudice" : causer un tord à quelqu'un.
- Tord : du verbe tordre
Je tords
Tu tords
Il tord (pas de 't' !)
Nous tordons
Vous tordez
Ils tordent

77) Vénéneux / Venimeux

- Vénéneux s'emploie avec des noms de plantes (notamment les noms de champignons). Les plantes vénéneuses contiennent un poison plus ou moins toxique.

- Venimeux s'emploie avec des noms d'animaux (notamment les noms de serpents) qui sécrètent une substance toxique en mordant.

78) Vers / Vert / Verre / Ver / Vair

- Vers : on parle de vers en poésie. Il y a bien un 's' final au singulier. Vers signifie aussi 'dans la direction de'. C'est aussi le pluriel de "ver".
=> Sans le savoir, Monsieur Jourdain faisait des vers.
=> Il manque un vers à la fin de mon poème.
=> Ce bateau part vers l'Amérique.

- Vert : la couleur verte.
=> Il était vert de peur...
=> Vu les résultats catastrophiques, il a décidé de mettre toute l'équipe au vert.

- Verre : la matière transparente ou le récipient.
=> j'ai acheté une table en verre.
=> Tu passes boire un verre vers vingt heures ?

- Ver : l'animal... y compris le ver informatique
=> J'ai croqué un ver en mangeant ma pomme... Beurk !
=> Mon disque dur a été infecté par un ver, j'ai perdu tous mes pps...

- Vair : de la fourrure
=> Cendrillon avait échangé ses pantoufles de vair contre des pantoufles de verre.

79) Voie / voix / vois / voit / voua

1. 'Voie' est synonyme de chemin
=> Une voie ferrée.
=> Ce précurseur a ouvert la voie.
=> Certaines voies navigables ont dû être fermées.

1b. 'Voie' est également le subjonctif présent (première et troisième personnes du singulier) de voir.
=> Il faut que je voie Marie ce soir.
=> Il faut que Marie voie Joseph demain.

2. 'Voix' est le son qui sort de votre gorge.
=> Jeanne d'Arc entendait des voix.
=> Hé bien il donne de la voix ce bébé !

3. 'Voit' est l'indicatif présent (troisième personne du singulier) de voir.
=> Tu crois qu'il me voit ?

4. 'Vois' est soit l'indicatif présent (première et deuxième personnes du singulier), soit l'impératif présent de voir.
=> Je ne vois rien.
=> Tu vois quelque chose ?
=> Vois ce que tu peux faire et fais-le !

5. 'Voua' est le passé simple (troisième personne du singulier) de vouer.
=> Elle se voua corps et âme à cette cause.

80) Voir / Voire

C'est simple, et on voit pourtant souvent la faute.

- Voir est un verbe
=> Va te faire voir.
=> Circulez, y'a rien à voir.

- Voire est un adverbe qui a un sens renchérissant, il signifie "et même"
=> Je le signalerai à ton collègue, voire à ton patron.
=> Si je gagne le million, j'achète une Alfa, voire une Ferrari.

On renforce parfois 'Voire' par 'même'.
La locution 'Voire même', bien que critiquée par les puristes, n'est pas incorrecte. Peut-être juste archaïsante.
Image

Avatar du membre
Bobleranger
Croiseur Mon Calamari
Messages : 445
Enregistré le : 29 mai 2006 21:42

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Bobleranger » 11 janv. 2009 14:58

Règles Avancées : Quelques horreurs à éviter

a) Les pléonasmes

Il s'agit d'expressions redondantes, et donc à éviter (le premier mot suffit dans la quasi-totalité des cas).

- Prévoir à l'avance
- Comparer entre eux
- Collaborer ensemble
- Monopole exclusif
- Une heure de temps
- Panacée universelle
- Apanage exclusif
- Reculer en arrière
- Prédire l'avenir
- Monter en haut
- Descendre en bas

b) Avoir facile / avoir difficile / avoir dur

=> Ca va les examens ?
- Non, j'ai pas facile, je n'ai pas assez étudié.
- Non, j'ai difficile, je n'ai pas assez étudié.
- Non, j'ai dur, je n'ai pas assez étudié.

Ces trois expressions sont horribles et incorrectes.
On les entend beaucoup trop souvent (en Belgique en tout cas).
C'est vraiment l'idéal pour passer pour un inculte.

c) Ils croient / croivent / croyent

Cette faute me fait bondir !
- 'Ils croient' se prononce exactement comme 'il croit' au singulier.
==> Ils croivent et ils croyent sont des fautes monstrueuses !!!

- Idem pour 'Ils voient' qui se prononce comme 'Il voit' au singulier.

d) Quoi ça pour

On entend trop souvent en Belgique la construction suivante, totalement incorrecte :
- Qu'est-ce que c'est que ça pour une invention ?
- C'est quoi ça pour une voiture ?
Cette construction est un calque sur le flamand "Wat is dat voor een..." et n'est pas correcte.



Règles Avancées : Attention aux usages abusifs

a) Année-lumière

L'année lumière exprime une distance, pas une durée !!!
Une année-lumière représente 9.460.895.208.536.470 mètres.

On dira donc :
=> Pfff, il habite au moins à une année-lumière, mes propulseurs vont encore chauffer.
On ne peut pas dire :
=> Ce type est resté en cryo sur pluton pendant plus d'une année-lumière.

b) Définitivement

- "Définitivement" en français n'a pas le même sens que "Definitely" en anglais.

définitivement : adverbe (de "définitif")
- D'une manière définitive. Þ irrémédiablement, irrévocablement. Il est parti définitivement, pour toujours.
- Pour en finir. Þ décidément (cf. En définitive, une fois pour toutes).
Définitivement n'a pas le sens "Sans aucun doute, absolument".

Donc :
=> "Il est parti définitivement." -> oui
=> "C'est définitivement le meilleur album." -> NON
(mais "It's definitely the best album." -> oui)

Attention aux confusions introduites par le mot anglais "definitely".

c) Promettre

On ne peut promettre qu'une action future, pas une action passée.

=> Tu vas bien travailler ?
Oui, je te le promets.
... est correct.

=> As-tu bien travaillé ?
Oui, je te le promets.
... n'est pas correct.
Dans ce cas, il faut utiliser :
- Oui, je te le jure.
- Oui, je te l'assure.
- Oui, je te le certifie.

d) Régulièrement

Attention, régulièrement ne veut pas dire 'souvent', mais 'à intervalle constant'.
- Quand le fleuriste vous dit 'Arrosez vos fleurs régulièrement', elles vont crever, parce que si vous les arrosez exactement tous les 6 mois, vous les avez arrosées régulièrement mais pas assez souvent.
- Le type qui se vante de baiser régulièrement n'est pas à envier. Peut-être baise-t-il une fois tous les 5 ans.

e) Versatile

Le mot versatile désigne une personne qui change brusquement de parti, d'opinion, qui s?expose à des revirements soudains. Il est synonyme de "changeant, inconstant, lunatique".
=> C'est un homme versatile sur lequel on ne peut compter.
- Par contre, d'un individu qui a des talents variés on ne dira pas qu'il est versatile mais plutôt qu'il est "éclectique, polyvalent".
- Dans le même sens, on ne dira pas d'un instrument qu'il est versatile mais "universel, souple, polyvalent".

Attention aux confusions introduites par le mot anglais "versatile".
Image

Avatar du membre
Bobleranger
Croiseur Mon Calamari
Messages : 445
Enregistré le : 29 mai 2006 21:42

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Bobleranger » 11 janv. 2009 14:59

Règles Avancées : Expressions régulièrement massacrées

1) a priori / a posteriori

Ces deux expressions latines s'écrivent sans accent, comme toutes les expressions latines d'ailleurs, puisque l'accent n'existait pas dans l'alphabet latin.

2) Abréviation de Monsieur

Monsieur dans sa forme abrégée s'écrit M. et non Mr qui est l'abréviation de 'Mister'.

3) aller de soi

Je ne pensais pas que cette leçon fut nécessaire mais vu le nombre d'erreurs...

- On écrit "aller de soi" et non "aller de soit"
=> Pas besoin d'en faire une leçon, ça va de soi.
=> Il va de soi que nous ne vous rembourserons pas.

C'est simple, non ?
Google nous trouve pourtant 9100 "va de soit", 330 "allait de soit", 193 "aller de soit"...

4) Les appas d'une femme

Appas et Appâts ne sont pas synonymes.

- appas : attraits, charmes d'une femme (toujours au pluriel)
=> Avec de tels appas, aucun homme ne lui résiste.

- appâts : pâture utilisée pour la pêche.
=> Avec de tels appâts, aucun poisson ne me résistera.

5) Autant pour moi / Au temps pour moi

Le débat a été long et houleux.
Laissons trancher les spécialistes :

Il est impossible de savoir précisément quand et comment est apparue l'expression familière au temps pour moi, issue du langage militaire, où au temps ! se dit pour commander la reprise d'un mouvement depuis le début (au temps pour les crosses, etc.). De ce sens de C'est à reprendre, on a pu glisser à l'emploi figuré. On dit Au temps pour moi pour admettre son erreur et concéder que l'on va reprendre ou reconsidérer les choses depuis leur début.
L'origine de cette expression n'étant plus comprise, la graphie Autant pour moi est courante aujourd'hui, mais rien ne la justifie.

6) Bayer aux corneilles

Etre rêveur, distrait...
s'écrit "Bayer aux corneilles."
et non "Bailler aux corneilles."

7) battre son plein

J'ai entendu quelqu'un expliquer que dans l'expression battre son plein, son n'était pas un adjectif possessif, mais le substantif son (bruit), et que dès lors son ne pouvait pas devenir leur au pluriel.
- la soirée bat son plein.
- Les soirées battent son plein.
*** C'EST FAUX ***

L'Académie Française explique :
Dans cette expression empruntée à la langue des marins, son est bien un adjectif possessif et plein un substantif. Le plein, c'est la pleine mer, et l'on dit que la marée bat son plein lorsque, ayant atteint sa plénitude, elle demeure un temps stationnaire.

On dit donc bien "les fêtes battent leur plein".

8) Un cauchemar

=> On écrit le mot cauchemar sans 'd' final.
La faute est très fréquente (14.700 fois sur Google... qui n'est pas une référence, je sais).
Cette erreur vient probablement de cauchemarder, cauchemardesque, etc.

9) Coucher de soleil

On trouve 29.700 "Couché de soleil" sur Google ! C'est tout à fait incorrect.

- On écrit "Coucher de soleil".
=> Ooooh, regarde le beau coucher de soleil, comme c'est romantique.

- De même, on parlera de lancer de javelot (et de lancer de nain ) :
=> Qui a remporté le dernier tournoi de lancer de javelot ?

10) De toute façon

Alors, 'de toute(s) façon(s)', singulier ou pluriel ?

Singulier, car chaque façon est envisagée une à une.
'De toute façon' est synonyme de 'Quelle que soit la façon choisie'.

=> De toute façon, tu ne récupèreras pas ta voiture.
=> De toute façon, elle finira par te quitter.

11) En un tournemain / En un tour de main

L'expression correcte est "faire en un tournemain", c'est à dire aussi facilement que de tourner la main. Mais elle a été déformée par l'usage...

On dira donc de préférence :
=> Il l'a culbutée en un tournemain.
et non :
=> Il l'a culbutée en un tour de main.

- Un bon tour de main : avoir une bonne maîtrise de ses gestes pour l'accomplissement d'un acte (un bon tour de main est nécessaire dans la préparation de certains plats).
- En un tournemain, d'un tournemain : indique la rapidité de l'action.

12) L'état de droit

Bien que l'erreur soit fréquemment commise, état s'écrit sans majuscule dans l'expression "état de droit", puisque l'acception de ce mot est "situation" (comme dans état de nature, état d'urgence, état de siège...) et non "corps politique" (comme dans État souverain, État démocratique...).

13) etc.

'Et caetera' sous sa forme abrégée 'etc.' ne doit jamais être suivi de points de suspension puisque ceux-ci signifient en effet eux-mêmes et caetera. Il s'agirait donc d'une forme de pléonasme.

14) Faire ou ne pas faire long feu ?

Faire long feu : échouer.
- Autrefois, quand on mettait le feu aux poudres d’un canon ou d’un mousquet et que l’amorce faisait long feu (brûlait trop lentement), le projectile n’était pas projeté à temps et on manquait la cible -> Ne pas atteindre son but, échouer, ne plus produire son effet, ne plus prendre.
=> Son plan d'évasion semblait parfaitement au point, mais il a fait long feu.

Ne pas faire long feu : ne pas durer longtemps .
L'un n'est pas l'inverse de l'autre, ils sont relativement proches (mais pas synonymes, ça reste deux notions différentes).
=> A peine arrivé, ce forumeur a osé insulter le dieu Marc. Il n'a pas fait long feu !

15) Gageure

- Le mot 'gageure' se prononce bien 'gajure' et non 'gajere'

• XIIIe dr.; de gager
1) Vx Promesse réciproque de payer le gage convenu si on perd un pari. Soutenir la gageure, l'accepter; fig. persévérer dans une entreprise, comme pour tenir un pari.
2) (1694) Mod. et littér. Action, projet, opinion si étrange, si difficile, qu'on dirait un pari à tenir, un défi à relever. Þ défi. « c'était une entreprise difficile et comme une gageure » (Péguy). C'est une gageure de lui faire confiance.

La réforme orthographique de 1990 propose l'orthographe "gageüre" pour supprimer l'ambigüité.

16) Je vous saurais gré

L'expression est en effet savoir gré et non être gré.

On écrit donc :
=> Je vous saurais gré
et non :
=> Je vous serais gré.

17) Là où le bât blesse

Erreur fréquente, faite par bien des ânes
- On écrit 'le bât blesse' et non 'le bas blesse'.

On trouve quand même 4330 "bas blesse" sur Google :/

18) Malgré que

(1) Citons Joseph Hanse (Les nouvelles difficultés du Français moderne), un des plus grands grammairiens du 20ème siècle...
"Malgré que" est condamné avec obstination par les puristes mais est incontestablement correct au sens de bien que, et est suivi du subjonctif.

(2) Dans le Dictionnaire des difficultés du français (dictionnaire Robert), on lit :
La locution malgré que, suivie du subjonctif et introduisant une subordonnée concessive, est aujourd'hui passée dans l'usage des meilleurs écrivains :
=> Justin, malgré qu'il fût peu physionomiste, demeura frappé par la ressemblance qu'accusait son visage avec celui de M. Rasselène (Aymé).
=> Même il faisait déjà presque chaud, malgré qu'à ces hauteurs les matinées ordinairement soient assez fraîches (Ramuz).
=> Malgré que le soir fût d'une tiédeur extrême (Mauriac). Malgré que me le conseillât la prudence (Gide).
=> Malgré qu'il fût sévèrement jugé par les bourgeoises de la petite ville, ce constant souci de toilette n'alla jamais jusqu'à la faire suspecter de légèreté (Vidalie).

(3) Enfin, le plus grand, Grevisse, affirme :
Malgré que a été formé sur la préposition malgré, d'après le modèle de nombreuses locutions conjonctives correspondant à des prépositions (avant que, après que, dès que, sans que, etc.).
Malgré que a peut-être appartenu d'abord à l'usage populaire. La locution n'a plus ce caractère, comme le montrent les exemples suivants qui font fi de la résistance des puristes :
=> Malgré que je fusse mal satisfait de mon arrestation, il y mit de la courtoisie (Vigny).
=> Malgré qu'il n'entrât guère en ma chambre, j'entendais souvent, la nuit, un bruit furtif qui venait jusqu'à ma porte (Maupassant).
=> Malgré qu'on fût au déclin de la saison (A. Daudet).
=> Malgré qu'une partie de moi-même résistât (Barrés).
=> Malgré que je ne le puisse imaginer (A. France).
=> Malgré qu'il eût vingt ans de plus que moi (Gide).
=> Jamais Noé ne put si bien voir le monde que de l'arche, malgré qu'elle fût close et qu'il fît nuit sur la terre (Proust).
=> Malgré qu'il ait obtenu tous les prix de sa classe (Fr. Mauriac).
=> Elle vit Jacques d'un mauvais oeil, malgré que de son côté elle trompât Lazare avec un peintre (Cocteau).
=> Malgré que le soir tombe (J. Romains).
=> La camionnette, malgré qu'on eût chaîné les pneus, ne se risque plus guère à franchir les rampes glacées (Gracq).

Alors, soit les plus grands grammairiens et auteurs sont des cons, soit il faut arrêter de se branler le cerveau en disant que malgré que n'existe pas !!!

19) Nu des pieds à la tête

L'usage veut que l'on laisse 'nu' invariable dans les locutions adverbiales nu-tête et nu-pieds.
=> Elle aime marcher nu-pieds sur le sable chaud des plages.
=> On la voit rarement sortir nu-tête : elle porte toujours un chapeau.

Quand nu suit pieds ou tête, l'accord se fait normalement.
=> Elle aime marcher pieds nus sur le sable chaud des plages.
=> On la voit rarement sortir tête nue : elle porte toujours un chapeau.

20) Par acquit de conscience

- acquis = acquérir
=> Bien mal acquis ne profite jamais.

- acquit = action d'acquitter
=> Par acquit de conscience. (!!!)

Fallait-il encore une preuve que les résultats d'une recherche Google ne sont pas fiables en matière d'orthographe ?
"Par acquit de conscience" (correct) : 570
"Par acquis de conscience" (incorrect) : 2040

21) Par voie de presse

- Il s'agit de "voie" et non "voix".
=> Il a fait savoir par voie de presse qu'il ne se présenterait pas aux élections.

22) Prendre à témoin

L'usage veut que témoin reste invariable dans l'expression prendre à témoin.
=> Il avait pris ses collègues à témoin de l'injustice dont il se sentait victime.
=> Il les a pris à témoin.

23) Pour ce faire

On écrit bien "Pour ce faire" et non "Pour se faire" puisque 'ce' veut ici dire 'cela'.
- Pour ce faire = Pour faire cela (cité avant).
=> Nous allons maintenant préparer le dessert. Pour ce faire, vous aurez besoin de 12 œufs, 500 grammes de beurre...

Attention. Si 'se' est un pronom réfléchi, il s'écrit alors 'se' et non 'ce'.
=> Pour se faire épiler, il est conseillé d'aller chez une esthéticienne expérimentée.

24) Quand même

- "Comme même" n'existe pas, on écrit "quand même" :
=> Ce n'est quand même pas difficile !
=> Il a quand même réussi à se tromper.
=> Je le trouve quand même gonflé.

"Comme même" n'existe pas, ne veut rien dire, et prouve que la personne ne comprend pas ce qu'elle dit / écrit...

25) sabler ou sabrer le champagne ?

Doit-on dire sabler ou sabrer le champagne ?

=> Le Dictionnaire de l'Académie française indique, à l'article Sabler : Boire tout d'un trait, fort vite. Sabler un verre de vin. Sabler le champagne. Puis sabler le champagne s'est employé pour signifier, par extension, "célébrer un évènement en buvant du champagne".

=> Sabrer le champagne, expression non reconnue par l'Académie, signifie "ouvrir une bouteille de champagne en tranchant le goulot d'un coup de sabre".

Il s'agit donc bien d'expressions différentes...

26) Sens dessus dessous

Erreur assez fréquente.
On dit bien "sens dessus dessous" et non "sans dessus dessous".

=> Va ranger ta chambre, elle est sens dessus dessous.

27) Soi-disant

Soi-disant est un adjectif composé invariable : il ne prend aucune marque de féminin ni de pluriel.
=> Méfiez-vous de cette soi-disant amie.

Veillez à bien écrire soi sans t. Il s'agit du pronom soi et non du verbe être au subjonctif.

Remarque
Il est conseillé de n'utiliser soi-disant que lorsqu'il s'agit de personnes qui parlent d'elles-mêmes :
- Ce soi-disant ami (il se dit mon ami)
- Cette soi-disant championne de ski (elle se dit championne de ski)
Dans les autres cas, on conseille l'utilisation de "prétendu" au lieu de "soi-disant".
- Ce soi-disant trou du cul : le type ne va pas se vanter d'être un trou du cul.
- Ce régime soi-disant révolutionnaire : le régime ne dit pas "Je suis révolutionnaire".

28) Suite à à la suite de

'Suite à' n'est pas admis par le Petit Robert, il faut utiliser 'A la suite de'.

Dans 'les Nouvelles difficultés du Français moderne', Joseph Hanse l'admet dans le cadre commercial uniquement (Suite à votre lettre du... Suite à votre commande...) mais le déconseille néanmoins.

On lui préfèrera donc 'A la suite de'.

29) Vive

Même si Hergé utilise "Vivent Tintin et Milou" dans Tintin au Congo, l'usage veut qu'il soit aujourd'hui invariable.
- Vive la France.
- Vive les femmes.

30) Vous n'êtes pas sans savoir

Si vous savez que le français est une langue difficile,
=> Vous n'êtes pas sans savoir que le français est une langue difficile.

"Vous n'êtes pas sans ignorer" veut en effet dire "Vous ignorez" (- par - ça fait + en maths).
Image

Avatar du membre
Bobleranger
Croiseur Mon Calamari
Messages : 445
Enregistré le : 29 mai 2006 21:42

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Bobleranger » 11 janv. 2009 14:59

Quelques outils utiles

a) Correcteurs orthographiques

La quasi-totalité des traitements de texte ont un traitement de texte de qualité correcte (pour ceux qui ne veulent pas dépenser une fortune pour s'acheter Word, il existe de nombreuses suites bureautiques gratuites comme OpenOffice).
Il vous suffit alors de faire un copier-coller du navigateur vers le traitement de texte, de lancer le correcteur orthographique, puis de refaire la maneuvre en sens inverse pour obtenir un texte relativement potable.

Vous trouvez cela trop fastidieux ? L'extension gratuite SpellBound pour Firefox (et Mozilla) a un fonctionnement encore plus simple : il suffit de lancer le correcteur avant de poster votre message directement dans le navigateur.

Nouveauté : le Patron, un correcteur d'orthographe et de grammaire en ligne très bien fait (initialement conçu pour les étrangers, mais valable pour tous).


b) Dictionnaire orthographique en ligne

Voici un site qui vous permettra de vérifier l'orthographe d'un mot de manière plus fiable que Google ! Cliquez ici.

Vous pouvez :
1. Soit taper une orthographe approximative.
2. Soit utiliser les listes défilantes.
3. Soit faire une saisie phonétique.

c) MSKLC : personnalisez votre clavier sous Windows

Parce qu'il est fastidieux d'essayer de retenir
Ç = Alt 128
œ = Alt 0156
© = Alt 184
® = Alt 169
...

Microsoft nous a fait un petit outil très utile : MSKLC.
Pour plus de détails, vous pouvez consulter ce sujet du forum Hardware-fr.


Quelques annexes utiles

a) L'alphabet phonétique

Cela peut toujours vous être utile en cas de recherche de la prononciation d'un mot : l'alphabet phonétique.

b) les belgicismes

Il y en a trop, il y en a qui sont des régionalismes, qui sont aussi utilisés dans l'extrême nord de la France mais pas ailleurs...
Inutile de réinventer la roue, voici un site qui en parlera mieux que moi : Cliquez ici.

Attention quand-même que cette liste contient des termes qui ne sont utilisés que dans certains villages ou certaines villes et que la majorité de la population belge ne comprendra pas...

c) Les périphrases

Procédé de style qui consiste à remplacer un mot par sa définition ou par une expression plus longue, mais équivalente.
==> La capitale de la France.... pour "Paris".

Plutôt que de donner ici une liste fastidieuse, voici Une page très complète.

d) Citations latines

Certes, des expressions comme 'alea jacta est', 'panem et circenses', 'mutatis mutandis', 'quid quixit', 'ab intestat' sont assez connues, mais si je vous traîte de 'servum pecus', devez-vous m'insulter ou me remercier ?

Ce site reprend plus de 6000 expressions latines et lex explique.

e) Les cris des animaux

Pour ne pas vous tromper, voici une page qui recense les cris de différents animaux.
Image

Avatar du membre
Pieran Karnom
Super Destroyer Stellaire
Messages : 1486
Enregistré le : 30 mars 2005 20:53

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Pieran Karnom » 11 janv. 2009 15:52

:lol:

L'intention est généreuse...

Mais déjà que les gens lisent ni l'aide ni la FAQ, tu penses vraiment qu'ils vont lire ton pavé ?
Image

Image

Avatar du membre
huwhuww
Switoyen ©
Messages : 4736
Enregistré le : 21 nov. 2005 13:25

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par huwhuww » 11 janv. 2009 16:02

des liens avec un résume sommaire auraient suffit et surtotu auraient peut etre servis.
La il faut totu se taper pour trovuer un truc et c'est enooooorme.

Si un modo passe il va tout faire péter :P
Aux armes Switoyens !

Comité Anti Swing Easy Mode
Rejoignez la CASEM !
Image

Avatar du membre
Deathtroy
Cuirassé Impérial
Messages : 240
Enregistré le : 24 déc. 2005 15:50

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Deathtroy » 11 janv. 2009 16:09

Cool ! Je savais pas quoi faire de mon mois de Janvier :o
Image
Image

Avatar du membre
Pieran Karnom
Super Destroyer Stellaire
Messages : 1486
Enregistré le : 30 mars 2005 20:53

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par Pieran Karnom » 11 janv. 2009 16:17

Puis la FAQ...C'pas sa place.

A la rigueur dans la partie tuteur...Ou dans le bar, un topic en annonce avec comme le dit huwhuww des liens vers l'essentiel...

Ou alors juste rien, et les gens utilisent leur cerveau et google...
Image

Image

Avatar du membre
neejahalcyon
Croiseur Liberator
Messages : 714
Enregistré le : 09 déc. 2004 20:22

Re: L'orthographe pour les Nuls

Message par neejahalcyon » 11 janv. 2009 19:03

ou alors pour une fois qu'il fait quelque chose d'intelligent et d'utile vous pourriez le laisser tranquille non ? :P
Image
La patience de l'obscurité est infinie.
Avec le temps, même les étoiles finissent par s'éteindre.

Répondre